Arrêt cardiaque : les principales causes

© Istock
L’arrêt cardiaque peut survenir à tout âge, avec ou sans signe avant-coureur. En cas de perte de connaissance, respiration inexistante ou lente et bruyante, il faut alors agir vite. Quelles sont les principales causes d’un arrêt cardiaque ? Quelles peuvent en être les conséquences ?
Publicité

Arrêt cardiaque : les causes

Dans 9 cas sur 10, l’arrêt cardiaque est provoqué par une maladie cardiovasculaire, dont l’infarctus du myocarde. Souvent, ces arrêts cardiaques sont dus à des artères coronaires bouchées, ce qui entrave la bonne irrigation du cœur et affecte le rythme cardiaque. En cause ? L’hypertension artérielle, le cholestérol, le stress important, la pratique de sports de résistance (musculation…), une alimentation trop riche en graisses (donc un taux élevé de mauvais cholestérol), la consommation de cannabis (accélération du rythme cardiaque et effet broncho-dilatateur). Parmi les 10 % de causes non cardiovasculaires, on trouve l’hypothermie, l’électrocution, la noyade, l’intoxication ou une insuffisance respiratoire aiguë.

Publicité
Publicité

Arrêt cardiaque : les conséquences

Les conséquences d’un arrêt cardiaque dépendent de la rapidité avec laquelle la victime est prise en charge. Plus les minutes passent après un arrêt cardiaque, plus les lésions cérébrales sont sévères et le risque de décès important. Si on parvient à faire redémarrer le cœur sous 3 minutes, alors grandes sont les chances pour que la victime ne garde aucune séquelle. Au-delà de 8 minutes, les dommages cérébraux et nerveux seront irréversibles. La vie peut même être en jeu. Les séquelles d'un arrêt cardiaque peuvent être une paralysie totale ou partielle du visage, d’un ou des membres, mais aussi des insuffisances graves (hépatiques, cardiaques, pulmonaires) ou encore un état végétatif à vie.

Publié par La Rédaction E-Santé le Lundi 02 Juillet 2018 : 18h00