La luminothérapie, contre la dépression saisonnière
Publié le 28 Mai 2003 à 2h00 par Psychonet Production
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La luminothérapie, un coup de pouce au moral

La luminothérapie est une méthode qui utilise la lumière pour traiter des problèmes de déprime saisonnière liée au manque de soleil (l'organisme sécrète alors davantage de mélatonine, une substance somnifère qui rend donc apathique) ou au décalage horaire, car la lumière est différente. « Ces dépressions saisonnières, explique Gérard Pons, sont communément appelées SAD (Seasonal Affective Disorder) ou DHS (déprime saisonnière hivernale) ou encore TAS (Troubles affectifs saisonniers). Les symptômes du SAD sont entre autres la déprime, la dépression, l'impuissance, la diminution d'activité, la prise de poids, l'envie de sucreries, les maux de tête ou l'irritabilité. » La luminothérapie, pratiquée notamment chez le médecin, consiste donc à exposer le patient à une lumière qui restitue le déficit en soleil. L'organisme cesse alors de sécréter la mélatonine et le patient se sent moins las.

Un procédé nullement récent…

« Cela fait plus de 2000 ans que l'on connaît les effets de la lumière, poursuit Gérard Pons. Il suffit de se rappeler le culte voué au soleil par les Mayas ou les Aztèques. Plus récemment, au XIXe ou XXe siècle, on envoyait les gens riches en cure en Italie pour des bains de soleil ! » La luminothérapie en tant que telle n'existe cependant que depuis une quinzaine d'années. « C'est un éminent chercheur sud-africain, N. Rosenthal, qui a mis en évidence le symptôme de déprime saisonnière et en a cherché les remèdes », souligne Gérard Pons. Depuis, d'autres chercheurs, notamment américains, canadiens et scandinaves se sont penchés sur la question… pour mettre au point des lampes qui diffusent la lumière adéquate.

Mieux vaut prévenir que guérir

Avant que la mauvaise saison n'arrive, quelques séances de luminothérapie chez le médecin peuvent prévenir ces déprimes. « Evidemment, souligne Gérard Pons, les gens très sujets à la dépression saisonnière peuvent faire des rechutes. Il convient donc de refaire quelques séances ou d'équiper sa propre maison de lampes adéquates. » Une technique qui peut aussi se révéler très utile pour les personnes qui travaillent de nuit et ne voient pas la lumière du jour

Le conseil e-sante : choisissez un appareil qui émet dans les 10.000 Lux minimum.

En savoir plus

Centre européen d'information sur la luminothérapie, Pôle 2000, 07130 Saint-Péray, tél : 04 75 81 85 40 ; Site Internet : www.luminotherapy.com