Les prématurés sont moins doués en amour

Publié le 19 Juillet 2019 à 15h17 par Sophie Raffin, journaliste santé
Voir son bébé naître avant terme est toujours un peu angoissant. Et la dernière étude des chercheurs de l’Université de Warwick, ne va pas calmer l'inquiétude des parents. Ses conclusions montrent que les enfants prématurés ont une vie amoureuse très compliquée à l'âge adulte.
© Istock

L'arrivée de bébé à la maison – s'il a été prématuré – est vécue comme un grand moment de bonheur et de soulagement par les parents. Mais les difficultés ne semblent pas finies pour autant. Elles poursuivraient l'enfant jusqu'à l'âge adulte.

Selon l'étude menée par des chercheurs du département de psychologie de l’Université de Warwick, les adultes nés prématurés ont moins de susceptibles d'avoir des histoires d'amour que les ceux arrivés à terme.

Cette méta-analyse qui a étudié les données provenant de près de 4,4 millions de personnes, montre que les prématurés ont 28% moins de chance d'avoir une relation amoureuse. Ils ont également 22% moins de chance de devenir parent.

Une vie sexuelle également impactée

Et assez logiquement - vu qu'ils ont plus de difficulté à nouer des liens amoureux - les prématurés sont également 2,3 fois moins susceptibles d'avoir des partenaires sexuels que ceux arrivés à la date prévue. Plus la prématurité est importante plus l'enfant aura des difficultés dans ce domaine. En effet, ceux nés avant 32 semaines de gestation ont pour leur part 3,2 fois moins de chance d'avoir des relations intimes.

Pour les chercheurs, les adultes prématurés peinent dans leur vie amoureuse et sexuelle, car ils sont généralement plus timides et introvertis. Ils seraient également moins enclins à prendre des risques et à chercher à s'amuser. Ces traits de caractère influencent aussi leurs amitiés. Leur cercle est généralement plus restreint.

Par ailleurs, si les prématurés parviennent à nouer des liens à l'âge adulte, ils sont généralement de moins bonne qualité que celles des personnes nées à terme.

Le Dr Marina Goulart de Mendonça du Département de psychologie de l'Université de Warwick, l'auteure principale de la recherche, explique "La conclusion selon laquelle les adultes nés avant terme sont moins susceptibles d'avoir un partenaire, des relations sexuelles ou encore de devenir parents, ne semble pas s'expliquer par un taux de handicap plus élevé. Il semblerait plutôt que les enfants prématurés – comme cela a été démontré auparavant – aient des interactions sociales plus pauvres pendant leur enfance, et cela rend plus difficile pour eux les transitions sociales comme trouver un partenaire".

Développer les compétences sociales des prématurés

Le professeur Dieter Wolke, du département de psychologie de l'Université de Warwick qui a également travaillé sur cette recherche confie "Les personnes qui s'occupent d'enfants prématurés, y compris les professionnels de la santé et les enseignants de leurs parents, devraient être plus conscientes du rôle important que jouent le développement social et l'intégration sociale des enfants prématurés".

Il conseille "En tant qu'enfants prématurés, ils ont tendance à être plus timides et renfermés, les soutenir pour qu'ils s’intègrent parmi leur groupe de pairs les aidera à trouver des partenaires amoureux, à avoir des relations sexuelles et à devenir parents. Tout cela améliore le bien-être".

Qu'est-ce que la prématurité ?

Les bébés qui naissent avant 37 semaines de gestation sont considérés comme prématurés. Leur fragilité nécessite une prise en charge médicale. Elle est plus ou moins importante selon l'état du petit : couveuse, appareil respiratoire, sondes alimentaires...

Les médecins distinguent trois niveaux de prématurité :

  • la prématurité moyenne qui correspond à une naissance intervenant entre la 32e et la 36e semaine d’aménorrhée révolue (7 mois à 8 mois de grossesse). Le pronostic est généralement de l'enfant ;
  • la grande prématurité correspondant à une naissance intervenant entre la 28e et la 32e SA (6 mois à 7 mois de grossesse). Les conséquences de cette arrivée précoce peuvent être plus importantes ;
  • la très grande prématurité pour les naissances intervenant avant 28 semaines, soit en deçà de 6 mois de grossesse. Le risque que le bébé ne survive pas est très élevé (la moitié des enfants nés à 25 semaines de grossesse décèdent), et seuls 36% des petits n’ont aucune séquelle.

Le taux de prématurité en France augmente depuis plusieurs années. Elle est passée de 5,9% des naissances en 1995 à 7,4% en 2010. Aujourd'hui, en France, entre 50 000 et 60 000 enfants par an sont concernés. 85% sont des prématurés moyens, 10% des grands prématurés et 5% sont des très grands prématurés.

Les conséquences de la prématurité sont variées et peuvent toucher de nombreux organes : poumons, intestins, cerveau, cœur. Ces enfants ont ainsi plus de risques de souffrir de handicap, de troubles cognitifs, de difficultés d’apprentissage ou de problèmes mentaux.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.