La lecture chez l'enfant, un outil pour dépister la myopie

Une étude portant sur des jeunes enfants confirme le rôle du travail de près et des antécédents familiaux dans le développement de la myopie. Ce résultat, basé notamment sur le nombre de livres lus par semaine, offre les moyens de dépister les sujets à risque.
PUB

Le rôle du travail de près a toujours été évoqué dans le développement de la myopie, mais les preuves épidémiologiques restent encore aujourd'hui peu nombreuses.

Deux indices de la myopie : la quantité de lecture et les antécédents familiaux

Une équipe de Singapour a étudié les relations éventuelles entre l'activité de lecture, comme témoin du travail de près, les antécédents familiaux et la survenue d'une myopie chez plus de 1.000 jeunes enfants âgés de 7 à 9 ans. L'activité de près ayant été mesurée en fonction du nombre de livres lus par semaine, une relation très nette est observée avec cette affection visuelle. Parmi les enfants lisant plus de deux livres par semaine, ils sont 14% à présenter une myopie modérée à sévère, alors que cette proportion n'est que de 5% chez les enfants lisant moins de deux livres hebdomadaires. Des antécédents familiaux de myopie chez les deux parents sont retrouvés dans 24% et 10% des cas, respectivement chez les enfants lisant plus de deux livres et moins de deux livres par semaine. Même en l'absence de cause à effet, ce travail offre les moyens de dépister précocement les sujets à risque de développer ce type de trouble visuel. Il faut donc surveiller nos petits lecteurs, mais il est également important de vérifier chez les enfants qui lisent peu un éventuel trouble visuel, cette fois de cause à effet.

PUB
PUB
Publié le 05 Mars 2001
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Saw S.
Voir + de sources
M. et coll., Lancet, 357 : 390, 2001.
PUB