Le nombre d’AVC plus élevé chez les femmes quand il fait froid

Publié par Anne Valois, journaliste santé le Vendredi 20 Juillet 2018 : 14h19

Les variations de la météo sont plus dangereuses pour les femmes que pour les hommes, à en croire une récente étude. Les premières sont plus nombreuses à souffrir d'AVC quand il fait froid.

© Adobe Stock
PUB

La probabilité de faire un AVC grimpe quand les températures chutent. Et les femmes y sont particulièrement vulnérables, d'après une étude menée par l'université de São Paulo (Brésil). Publiée dans l'International Journal of Biometeorology, elle établit un lien entre les variations météorologiques et cet incident vasculaire sévère.

Pour dresser cette relation, les scientifiques ont analysé plus de 55 000 décès survenus dans la capitale financière du Brésil entre 2002 et 2011. Au cours de cette période, les températures moyennes par mois ont varié de 15 à 25 °C.

Deux températures extrêmes

Mieux vaut rester dans cette fourchette, à en croire les résultats obtenus par l'équipe. Quand le mercure chute en-dessous de 15 °C, le risque relatif d'AVC augmente fortement. Il est doublé chez les hommes et grimpe de 39 % chez les femmes. Au-delà de 65 ans, ce risque est équivalent à celui des hommes.

Mais au cours de l'étude, les scientifiques ont constaté que ces dames souffrent davantage d'AVC que les hommes, et qu'elles en meurent plus, face à des températures plus fraîches que d'habitude.

Un type d'incident se produit particulièrement souvent quand il fait froid : l'AVC hémorragique, conséquence de la rupture d'un vaisseau sanguin majeur.

Ce déséquilibre ne se produit pas lorsque le mercure s'emballe et dépasse les 26 °C. Les hommes âgés sont alors plus exposés au risque d'AVC, ce qui ne s'observe pas chez les femmes.

PUB
PUB

Les femmes plus fragiles

Comment expliquer ces inégalités ? Les personnes âgées sont plus vulnérables aux variations de températures, expliquent les scientifiques à l'origine de cette étude. "En raison d'un métabolisme réduit, ils et elles sont moins capable de maintenir leur homéostasie en réponse aux changements de température", écrivent les signataires de la publication.

En cas de grand froid, le sang devient plus visqueux. Cela augmente la pression artérielle, mais aussi le nombre de plaquettes. Deux facteurs qui favorisent le développement d'un AVC.

Si l'on y ajoute les facteurs de risque féminins (hormones, fragilité anatomique, mode de vie, etc), de nombreux éléments sont combinés pour favoriser la survenue d'un AVC hémorragique. Ce qui pourrait expliquer le plus grand nombre d'incidents.

PUB
PUB
A lire aussi
Du chocolat contre l’AVCPublié le 01/04/2013 - 22h00

À condition de bien le choisir et de ne pas en abuser, le chocolat est considéré comme un aliment santé.En effet, on lui attribue des vertus notamment protectrices contre la dépression, les cancers et les maladies cardiovasculaires.Le chocolat contribue aussi à prévenir les accidents...

Plus d'articles