Accident vasculaire cérebral (AVC) : surveillez votre tension artérielle !

En France, l'accident vasculaire cérébral (AVC) est la troisième cause de mortalité et la première cause de handicap. La prévention est essentielle. Elle repose sur le contrôle de l'hypertension artérielle, facteur de risque majeur qui multiplie par 3 à 5 le risque d'AVC.
PUB

Un état des lieux dramatique

Chaque année en France entre 120.000 et 150.000 nouveaux cas d'AVC sont enregistrés. Environ un quart des patients décèdent à court terme, tandis que la moitié des survivants restent handicapés. Et compte tenu du vieillissement de la population, l'ampleur de cette situation devrait doubler d'ici 2020.

Le traitement étant aujourd'hui peu efficace, il est essentiel de miser sur la prévention. Et dans ce domaine, le contrôle de l'hypertension artérielle est tout indiqué.

PUB
PUB
  • L'HTA multiplie par 3 à 5 le risque d'être victime d'un AVC.
  • La proportion des AVC attribuables à l'hypertension est comprise entre 40 et 50%.
  • Une baisse de pression systolique de 10 à 12mmHg diminue le risque d'AVC de 37%.

Hélas, la lutte contre l'HTA stagne en France. Malgré les campagnes de prévention, l'hypertension reste sous-traitée et sous-contrôlée. Le Comité français de lutte contre l'hypertension artérielle insiste toujours sur l'intérêt de l'automesure tensionnelle, à condition de bien respecter la « règle des trois ».En effet, la tension ayant pour caractéristique de varier fortement, la multiplication des mesures permet de mieux évaluer le niveau au repos. Il est donc conseillé d'effectuer :

  • 3 mesures consécutives, le matin entre le lever et le petit-déjeuner, à quelques minutes d'intervalle ;
  • 3 mesures consécutives, le soir entre le dîner et le coucher, à quelques minutes d'intervalle ;
  • et ceci, 3 jours de suite, quelques jours avant la consultation prévue chez le médecin.

Cet autocontrôle ne se substitue pas à la consultation chez le médecin, ni aux mesures réalisées en cabinet, mais permet d'obtenir un niveau de valeurs plus fiable afin de suivre au mieux la pathologie et d'adapter efficacement le traitement. Ce procédé favorise également l'implication du patient et la collaboration avec le médecin. Un livret d'information est disponible sur le site www.comitehta.com. Pour le télécharger : www.comitehta.org.

Par ailleurs, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) vient de publier une mise à jour de la liste de contrôle des appareils d'automesure disponibles sur le marché. Avant de faire l'acquisition d'un appareil, demandez conseil à votre médecin ou consultez ces listes. Sachez que les brassards sont plus fiables que les tensiomètres positionnés sur le poignet, tandis que ceux appliqués sur le doigt sont déconseillés.

Publié le 05 Mai 2004 | Mis à jour le 07 Janvier 2007
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr