La COVID-19 infecterait (aussi) les cellules de la bouche

Selon une nouvelle étude américaine, le SARS CoV-2 affecterait les cellules de la bouche. Cette découverte pourrait expliquer la perte de goût observée chez certaines personnes atteintes de la COVID-19.
© Istock
Sommaire

Alors que le SARS-CoV-2 reste encore assez mystérieux, des chercheurs de l’American Dental Association Science and Research Institute et de l’Université de Caroline du Nord révèlent que notre bouche pourrait être la première source de l’infection de la COVID-19.

Le nouveau coronavirus détecté dans les cellules buccales

Dans leur étude mise en ligne dans la base de données réunissant les papiers en attente de publication MedRxiv, les chercheurs avancent que certains tissus buccaux pourraient être les plus vulnérables au SRAS-CoV-2, virus responsable de la nouvelle maladie. 

Le Dr Kevin Byrd, directeur de la recherche orale et craniofaciale à l’American Dental Association Science and Research Institute a expliqué à la chaîne WTKR : "Une des choses que nous entendions le plus dans les études de cas sur la COVID-19, était que des gens présentaient des symptômes inhabituels dans la bouche :  perte de goût, parfois perte d'odorat ainsi que la sécheresse buccale. Nous avons ainsi décidé d'étudier les glandes qui font cracher ou saliver ainsi que les papilles gustatives, siège principal sens du goût, pour voir si ces sites étaient infectés par le virus”. 

Les scientifiques ont analysé les échantillons de quelques douzaines de personnes atteintes par la COVID-19. Après avoir étudié l’ARN des cellules de leur bouche, ils ont constaté, en effet, que celles des glandes salivaires, de la langue et des amygdales transportaient plus d'ARN lié aux protéines dont le coronavirus a besoin pour infecter les cellules comme les récepteurs ACE2 et l’enzyme TMPRSS2.

"Notre étude montre que la bouche est une voie d'infection, ainsi qu'un incubateur pour le SRAS-CoV-2", confirme l’auteur principal de l’étude.

Par ailleurs, son équipe a fait un second constat après avoir examiné des patients décédés de la COVID-19. Les cellules des glandes salivaires, des amygdales et de la langue présentaient plus de preuves d'infections. 

Pour le Dr Kevin Byrd, il est probable que les glandes salivaires mineures - qui sont disséminées dans toute la cavité orale et responsables en moyenne de 10% de la production de salive - soient la principale source de virus dans la salive. 

Une perte de goût enfin expliqué 

L’autre découverte importante : plus le virus est présent dans les cellules buccales, plus il est probable que le malade souffre d’une perte de goût et d'odorat. L’auteur principal des travaux précise : "l'infection des cellules de la bouche par le SRAS-CoV-2 pourrait entraîner des changements dans la production ou la qualité de la salive, ce qui expliquerait le symptôme de la perte de goût rencontré par de nombreux malades de la COVID". 

Pour l’équipe, de nouvelles études sont nécessaires pour tenter de comprendre comment cette infection buccale affecte l'évolution de la maladie et la façon dont ces cellules touchées contribuent à la propagation du coronavirus entre les personnes.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.