Insomnie, légère, modérée ou sévère ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Novembre 2007 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 16h14

Trop de Français souffrent de troubles du sommeil et particulièrement d'insomnie. Les répercussions pouvant être considérables sur la qualité de vie, mieux vaut consulter son médecin rapidement, même pour une insomnie légère. Encore faut-il savoir évaluer la sévérité d'une insomnie.

PUB

Comment évaluer la sévérité d'une insomnie ?

Selon certaines études, la sévérité de l'insomnie s'évalue en fonction de la présence du nombre de paramètres perturbés : difficulté d'endormissement, réveils nocturnes avec incapacité à se rendormir, sommeil non réparateur. Ainsi, une insomnie est estimée sévère si on relève au moins deux de ces paramètres, au moins trois fois par semaine sur un mois, avec séquelles diurnes (durant la journée).

Sinon, on peut retenir les critères de sévérité suivants :

Insomnie légère

Fréquence : 1 nuit par semaine

Retentissement diurne : faible.

Insomnie modérée

Fréquence : 2 ou 3 nuits par semaine

Retentissement diurne : fatigue, état maussade, tension, irritabilité.

Insomnie sévère

Fréquence : 4 nuits ou plus par semaine

Retentissement diurne : fatigue, état maussade, tension, irritabilité, hypersensibilité diffuse, troubles de la concentration, performances psychomotrices altérées.

Les médecins utilisent de tels critères afin de décider du type de prise en charge, et toujours après avoir recherché une affection causale à traiter (rhumatismres, douleurs, syndrome des jambes sans repos, syndrome d'apnées du sommeil...). Il ne faut pas oublier que plus l'insomnie sera légère, moins le traitement sera contraignant. En effet, dans certains cas, la prise en charge peut se limiter à des règles d'hygiène et de régulation du cycle éveil-sommeil. Sinon, le recours à un hypnotique peut se révéler nécessaire dans le cadre d'un suivi régulier, mais toujours de façon ponctuelle (sur une durée la plus courte possible).

PUB
PUB

Règles élémentaires d'hygiène du sommeil

  • Dormir selon les besoins, mais pas plus ; éviter les siestes longues (supérieure à 1 heure) ou trop tardives (après 16 heures).
  • Adopter un horaire régulier de lever et de coucher. Pour les personnes âgées, retarder le coucher.
  • Limiter le bruit, la lumière et une température excessive dans la chambre à coucher.
  • Éviter la caféine, l'alcool et la nicotine.
  • Pratiquer un exercice physique dans la journée, mais en général pas après 17 heures.
  • Éviter les repas trop copieux le soir.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Novembre 2007 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 16h14
Source : Recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), décembre 2006.
PUB
PUB
A lire aussi
Somnolence Publié le 31/05/2001 - 00h00

La somnolence est un besoin involontaire et incontrôlable de dormir qui survient pendant la journée et interfère avec les activités habituelles.La fatigue diurne n'est pas synonyme de somnolence.

Insomnie Publié le 31/05/2001 - 00h00

Tout le monde n'a pas besoin de sept ou huit heures de sommeil par nuit pour être reposé. Certaines personnes n'ont besoin que de quelques heures de sommeil pour bien fonctionner durant la journée. Lorsqu'une personne subit des changements dans la durée ou la qualité de son sommeil ayant des...

Comment combattre une insomnie ?Publié le 18/09/2000 - 00h00

Pour s'endormir, il ne suffit pas d'éteindre la lumière ! Le sommeil peut être perturbé pour de nombreuses raisons, une des plus courantes étant le stress et les contrariétés, accumulés pendant la journée, qui s'exacerbent la nuit. Evidemment, si l'insomnie se répète au fil des nuits, lafatigue s'installe, avec ses répercussions sur la vie familiale et professionnelle. Dans tous les cas, il faut dédramatiser le problème et se donner tous les moyens de retrouver un bon sommeil. Cela passe notamment par une meilleure connaissance de son propre rythme de sommeil et le respect de...

Plus d'articles