L'insomnie : un problème subjectif

Publié par Psychonet Production le Mercredi 19 Mars 2003 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 17h58

Il y a mille raisons de mal dormir : les cauchemars, l'apnée nocturne, l'hyper-somnolence, mais le principal trouble du sommeil chez l'adulte reste l'insomnie. Si, pour les cas extrêmes, les médicaments sont les seuls remèdes, une bonne hygiène de vie permet très souvent de mieux dormir.

PUB

« Tous les jours je me réveille épuisé, rapporte Michel, 45 ans. En fait, je ne peux plus fermer l'œil après 4 heures du matin. Du coup, je stresse à l'idée que je ne vais pas pouvoir me rendormir ». Michel est victime d'insomnie comme environ 35% de la population.

« Moi, je n'ai besoin que de 5 heures de sommeil et je me réveille en pleine forme », raconte de son côté Emmanuel, 35 ans.

Or, ce petit dormeur n'est pas insomniaque : la maladie se déclare lorsque l'adulte commence à se plaindre. Certains dormiront huit heures mais leur sommeil sera léger et irrégulier, donc non-réparateur. D'autres, se coucheront sans parvenir à dormir. Certains enfin, se réveilleront beaucoup trop tôt sans pouvoir refermer les yeux.

Déprime ou sous-activité

L'insomnie, contrairement aux autres troubles du sommeil comme la narcolepsie (hyper- somnolence) ou le syndrome d'apnées du sommeil, est souvent liée à un problème psychologique. Son intrication avec la dépression est très fréquente. L'anxiété ou le stress peuvent en être responsables. 15% des insomniaques redoutent d'aller se coucher : ils sont persuadés qu'ils ne dormiront pas. Ce sont des insomnies psychophysiologiques. Déprime, anxiété ou angoisse, mais aussi sous-activité intellectuelle ou physique peuvent provoquer des troubles du sommeil. Toute l'énergie non dépensée servira à nous maintenir éveiller.

PUB
PUB

Conseils pour bien dormir

Alors pourquoi ne pas augmenter cette activité physique ? Elle doit être régulière pour favoriser le sommeil. Mais si elle est occasionnelle ou trop proche du coucher, elle troublera plutôt la nuit. Pour un repos réparateur, on conseille de respecter des heures de lever et de coucher régulières, de faire un petit somme tous les après-midis ou pas du tout, de manger léger, de se détendre avec un petit bain pas trop chaud, d'éviter toutes activités stressantes peu de temps avant de se mettre au lit.

C'est seulement pour les cas d'insomnies profondes, lorsque les méthodes naturelles ne suffisent pas, que la prise de médicaments s'impose.

Publié par Psychonet Production le Mercredi 19 Mars 2003 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 17h58
PUB
PUB
A lire aussi
Comment combattre une insomnie ?Publié le 18/09/2000 - 00h00

Pour s'endormir, il ne suffit pas d'éteindre la lumière ! Le sommeil peut être perturbé pour de nombreuses raisons, une des plus courantes étant le stress et les contrariétés, accumulés pendant la journée, qui s'exacerbent la nuit. Evidemment, si l'insomnie se répète au fil des nuits, lafatigue s'installe, avec ses répercussions sur la vie familiale et professionnelle. Dans tous les cas, il faut dédramatiser le problème et se donner tous les moyens de retrouver un bon sommeil. Cela passe notamment par une meilleure connaissance de son propre rythme de sommeil et le respect de...

Une bonne hygiène du sommeil : ça s'apprend !Publié le 19/03/2003 - 00h00

La Journée internationale du sommeil aura lieu le 21 mars 2003. L'objectif est d'attirer l'attention sur les troubles du sommeil, notamment sur l'insomnie et la somnolence, insuffisamment pris en charge et sur leurs conséquences néfastes.

Insomnie Publié le 31/05/2001 - 00h00

Tout le monde n'a pas besoin de sept ou huit heures de sommeil par nuit pour être reposé. Certaines personnes n'ont besoin que de quelques heures de sommeil pour bien fonctionner durant la journée. Lorsqu'une personne subit des changements dans la durée ou la qualité de son sommeil ayant des...

Les ados manquent de sommeil...Publié le 05/04/2005 - 00h00

Les données issues d'un récent sondage portant sur les habitudes de sommeil des adolescents, sont inquiétantes. 34% se plaignent de somnolences durant la journée et un tiers d'entre eux présentent même une tendance pathologique à s'endormir durant la journée. Or le sommeil est aussi...

Plus d'articles