L'insomnie : un problème subjectif

Il y a mille raisons de mal dormir : les cauchemars, l'apnée nocturne, l'hyper-somnolence, mais le principal trouble du sommeil chez l'adulte reste l'insomnie. Si, pour les cas extrêmes, les médicaments sont les seuls remèdes, une bonne hygiène de vie permet très souvent de mieux dormir.

Publicité

« Tous les jours je me réveille épuisé, rapporte Michel, 45 ans. En fait, je ne peux plus fermer l'œil après 4 heures du matin. Du coup, je stresse à l'idée que je ne vais pas pouvoir me rendormir ». Michel est victime d'insomnie comme environ 35% de la population.

« Moi, je n'ai besoin que de 5 heures de sommeil et je me réveille en pleine forme », raconte de son côté Emmanuel, 35 ans.

Or, ce petit dormeur n'est pas insomniaque : la maladie se déclare lorsque l'adulte commence à se plaindre. Certains dormiront huit heures mais leur sommeil sera léger et irrégulier, donc non-réparateur. D'autres, se coucheront sans parvenir à dormir. Certains enfin, se réveilleront beaucoup trop tôt sans pouvoir refermer les yeux.

Publicité
Publicité

Déprime ou sous-activité

L'insomnie, contrairement aux autres troubles du sommeil comme la narcolepsie (hyper- somnolence) ou le syndrome d'apnées du sommeil, est souvent liée à un problème psychologique. Son intrication avec la dépression est très fréquente. L'anxiété ou le stress peuvent en être responsables. 15% des insomniaques redoutent d'aller se coucher : ils sont persuadés qu'ils ne dormiront pas. Ce sont des insomnies psychophysiologiques. Déprime, anxiété ou angoisse, mais aussi sous-activité intellectuelle ou physique peuvent provoquer des troubles du sommeil. Toute l'énergie non dépensée servira à nous maintenir éveiller.

Conseils pour bien dormir

Alors pourquoi ne pas augmenter cette activité physique ? Elle doit être régulière pour favoriser le sommeil. Mais si elle est occasionnelle ou trop proche du coucher, elle troublera plutôt la nuit. Pour un repos réparateur, on conseille de respecter des heures de lever et de coucher régulières, de faire un petit somme tous les après-midis ou pas du tout, de manger léger, de se détendre avec un petit bain pas trop chaud, d'éviter toutes activités stressantes peu de temps avant de se mettre au lit.

C'est seulement pour les cas d'insomnies profondes, lorsque les méthodes naturelles ne suffisent pas, que la prise de médicaments s'impose.

Publié par Psychonet Production le Mercredi 19 Mars 2003 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 17h58