Infection urinaire, culotte mouillée : la honte des toilettes scolaires

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Mai 2005 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 20 Août 2015 : 10h59

Manque de propreté, manque d'accessibilité ou absence d'intimité, les toilettes scolaires sont accusées de favoriser les infections urinaires et les fuites urinaires. A l'occasion de la 3e semaine nationale de l'incontinence, l'Association française d'urologie a multiplié les explications et les conseils.

PUB

Le problème n'est pas nouveau. On se rappelle notamment les résultats d'une enquête sur les toilettes scolaires, menée il y a une dizaine d’années par la Fédération des conseils de parents d'élèves de Paris (FCPE) : 70 % des parents avaient déclaré que leur enfant se plaignait des toilettes de son école (maternelle, primaire, collège ou lycée), tandis qu'un quart des enfants avait souffert d'infection urinaire ou intestinale après avoir utilisé les sanitaires de son établissement.

Même si en raison de certains biais, ce pourcentage est critiquable, le problème est toujours d’actualité. Il est nécessaire de le prendre très au sérieux car il peut entraîner des soucis de santé, allant jusqu'à conditionner une incontinence future.

En effet, les enfants se retiennent parfois toute la journée pour éviter d'utiliser les sanitaires de l'établissement.

Au final, ce comportement favorise les fuites et les infections urinaires, particulièrement chez les filles.

Passage aux toilettes 5 à 6 fois par jour

Toilettes sales, pas de papier, absence d'intimité, manque de temps ou interdiction de quitter la salle pendant les cours, nombre d'enfants apprennent à se retenir.

Ce comportement augmente le risque de fuites, particulièrement chez les fillettes. Ces dernières, ayant un canal urinaire plus court que les garçons, sont davantage exposées. De plus, l'état des WC handicape moins les garçons puisqu’ils peuvent faire pipi debout.

Se retenant trop longtemps, l'enfant risque aussi de ne plus savoir relâcher son sphincter le moment voulu, ce qui entraîne une mauvaise évacuation de l'urine vésicale.

Or vider complètement la vessie limite les risques d'infections et de constipation associés.

PUB
PUB

Vider complètement sa vessie diminue les risques d'infection urinaire

Pour bien vider sa vessie, une fillette doit être détendue, relâcher son périnée et ne pas forcer. Pour cela, elle doit uriner en position assise, les genoux écartés, non entravés par des vêtements. Il est indispensable de disposer de toilettes propres, d'un endroit intime et de prendre son temps.

Les toilettes des écoles ne répondent pas toujours à ces trois conditions.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Mai 2005 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 20 Août 2015 : 10h59
Source : Association française d'urologie, www.urofrance.org.
PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Faire pipi, ça s'apprendPublié le 04/09/2006 - 00h00

Fortes odeurs des urines, fuites, démangeaisons, constipation, mal au ventre, infections urinaires… ces inconvénients sont signes de mauvaises habitudes. Et oui, faire pipi ça s'apprend !

EnurésiePublié le 06/09/2001 - 00h00

Les parents croient souvent, à tort, qu'il est anormal qu'un jeune enfant mouille son lit. Pour les médecins cependant, il n'y a lieu d'intervenir que si l'enfant a plus de six ans ou, quel que soit son âge, s'il recommence à mouiller son lit après avoir été propre pendant au moins six mois.

Pourquoi faut-il apprendre aux enfants à bien faire pipi ?Publié le 07/04/2008 - 00h00

Vider sa vessie est un réflexe simple mais qui relève d'un mécanisme fragile. Les enfants qui se retiennent ou qui ne prennent pas le temps de vider correctement leur vessie s'exposent à des problèmes de fuites ou à des infections urinaires. Repères, explications et conseils pour leur...

Plus d'articles