Hygiène intime : ni trop, ni pas assez
© Fotolia

Hygiène intime : les bons gestes

Si une toilette externe quotidienne semble tout à fait indiquée pour limiter la prolifération des microbes, en revanche une hygiène trop obsessionnelle risque d'entraîner irritation et déséquilibre de la flore locale. L'hygiène intime de la femme doit donc se limiter à la vulve, en excluant l'intérieur du vagin. Il convient ainsi de choisir des produits qui ont une nature chimique proche, c'est-à-dire un pH de 5, donc des produits doux. Évitez les vêtements moulants, les maillots de bain mouillés, les sous-vêtements de nylon et les collants étanches qui retiennent la chaleur corporelle et l'humidité, et créent un milieu propice à la prolifération des levures, mais changez de sous-vêtements tous les jours. Préférez des vêtements en fibres naturelles, coton, chanvre qui ne retiennent pas la transpiration.

 
Mots-clés : Hygiene intime, Mycose
Publié par Patricia Riveccio, journaliste santé le Lundi 17 Juillet 2006 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 11 Mai 2017 : 11h29
Source : Côté Santé, Juillet Août 2006.