Herpès génital et herpès labial : un risque de transmission du virus

L'herpès génital et l'herpès labial proviennent du même type de virus, à savoir le virus herpès simplex. Voyons comment ces deux types d'herpès se manifestent et quels sont leurs modes de transmission.
© Istock

Santé sexuelle : différence entre herpès labial et herpès génital

Qu'il soit labial ou génital, le virus de l'herpès provoque les mêmes symptômes : apparition de petites vésicules douloureuses. L'herpès labial provient du virus herpès simplex de type 1 (HSV1) alors que l'herpès génital provient du virus herpès simplex de type 2 (HSV2). Il arrive parfois, au vu des pratiques sexuelles génito-buccales, que le HSV1 provoque un herpès génital et inversement. L'herpès génital est considéré comme une maladie sexuellement transmissible. Herpès labial et herpès génital sont extrêmement contagieux. Une poussée d'herpès labial est facilement reconnaissable, car elle provoque, quelques jours avant l'apparition des vésicules, une sensation de brûlure ou de picotement au niveau des lèvres. Sachez que le virus de l'herpès peut également se déclarer au niveau des yeux (kératite herpétique), de l'intérieur de la bouche (gingivostomatite) ou du système nerveux central (encéphalite herpétique). Cependant, il est possible d'être porteur du virus sans jamais manifester aucun symptôme.

Santé sexuelle : peut-on éviter de contracter le virus de l'herpès ?

Selon l'OMS, 67% de la population des moins de 50 ans est porteuse du virus herpès simplex de type 1, et 417 millions de personnes de moins de 50 ans seraient porteuses du virus herpès simplex de type 2. Le virus HSV1 est très souvent contracté dès la petite enfance lors d'un simple baiser par une personne porteuse du virus. Le virus HSV2 peut être transmis de la mère à l'enfant lors de l'accouchement par voie basse. Toute poussée d'herpès génital pendant la grossesse doit donc être déclarée au gynécologue. Il est par conséquent difficile de se protéger de ce virus, et il semblerait que même les préservatifs aient un rôle limité en matière de protection de l'herpès génital.

Santé sexuelle : quels traitements en cas de poussée d'herpès ?

Une fois contracté, le virus ne peut être éliminé de l'organisme. Il se manifeste alors de façon aléatoire souvent en période de stress ou de fatigue, suite à une surexposition au soleil ou à une maladie fébrile. Certaines personnes n'auront qu'une poussée d'herpès dans leur vie, et d'autres plusieurs par an. Le traitement consiste en l'application d'une pommade à base de valaciclovir ou d'aciclovir dès l'apparition des symptômes. Il ne faut surtout pas percer les petites vésicules : elles renferment le virus, ce qui risque d'étendre encore plus les lésions. Il est également possible d'avoir recours à un traitement antiviral per os lorsqu'une personne présente plus de six poussées herpétiques par an. Le traitement dure au moins 6 mois, mais permet d'espacer les poussées. Pour soulager un bouton de fièvre, vous pouvez appliquer un glaçon ou du miel pendant 15 minutes afin de diminuer la douleur. Vous pouvez également appliquer un petit morceau d'ail sur le bouton pendant quelques secondes pour l'assécher plus rapidement.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :