Hépatite C : vers de nouveaux médicaments contre l'infection par le virus de l’hépatite C

© getty

L'institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) annonce la découverte de deux nouveaux facteurs qui jouent un rôle dans l'entrée du virus de l'hépatite C. Une avancée qui laisse espérer le développement de nouveaux médicaments.

PUB

Hépatite C : cycle viral du VHC

Publiés dans la revue de langue anglaise "Nature Medicine", spécialisée dans la recherche biomédicale, ces travaux sont un bon exemple de l'importance de la coopération internationale en matière de recherche. Ils associent en effet l'Inserm (unité 748 "Interactions virus-hôte et maladies hépatiques" de la faculté de Strasbourg, qui coordonne les travaux), des équipes de l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC) de Strasbourg, les universités de Lyon, Birmingham, Glasgow, Freiburg, Hanovre, Boston et Harvard Boston, ainsi que les services hospitaliers du CHU de Strasbourg. Plusieurs institutions ont également contribué au financement de ces recherches, dont l'Union européenne, l'Agence nationale de la recherche (ANR), l'Institut national du Cancer (INCa), l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS), la région Alsace...

PUB
PUB

Les travaux menés dans ce cadre ont permis d'identifier deux nouveaux facteurs qui jouent un rôle important la façon dont le virus de l’hépatite C pénètre dans les cellules du foie. Les chercheurs ont surtout réussi à démontrer qu'il est possible d'inhiber ces facteurs, d'abord in vitro, puis sur un modèle animal. Ces résultats permettent de mieux comprendre les interactions entre le virus et les cellules du foie, ce qui contribue à l'élucidation de la première étape clé du cycle viral du VHC. Ils ouvrent également la voie à de nouvelles stratégies antivirales, ciblées sur les deux kinases identifiées par les chercheurs. Une étude clinique pilote doit prochainement être mise en place pour évaluer l'efficacité, chez les patients infectés par le VHC, d'un produit déjà utilisé dans le traitement du cancer du poumon.

Aujourd'hui, l'infection par le VHC est un facteur majeur d'hépatite chronique. Celle-ci touche environ 170 millions de personnes dans le monde. Cette infection silencieuse, détectée souvent plusieurs années après la transmission, risque d'évoluer vers une cirrhose ou un cancer du foie. Malgré les progrès des traitements, les médicaments disponibles ne sont pas efficaces chez tous les patients et un certain nombre d'entre eux développent des résistances aux antiviraux. La possible découverte d'une nouvelle classe d'antiviraux constitue donc un enjeu important de santé publique.

Publié le 26 Mai 2011 | Mis à jour le 30 Mai 2011
Auteur(s) : Hopital.fr