Sida et hépatite C : liaison dangereuse

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 04 Décembre 2002 : 01h00
Selon une étude de l'Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS), être porteur à la fois du virus du Sida et de celui de l'hépatite C pose des problèmes : l'infection VIH aggrave fortement l'hépatite C. Or en France, un tiers des sidéens sont également atteints d'hépatite C.
PUB

La co-infection par le virus du Sida (VIH) et de l'hépatite C (VHC) forme un couple dangereux. Malheureusement, cette relation est fréquente puisqu'environ un tiers des patients infectés par le VIH sont également porteurs du VHC.

Le VIH constitue un facteur aggravant de l'infection par le VHC. Le processus de fibrose est accéléré et le risque de cirrhose est multiplié par 2 à 5, tandis que son délai d'apparition est réduit de moitié (7 à 14 ans). Comme le montre une étude portant sur des patients hémophiles, la mortalité par insuffisance hépatique ou par cancer du foie liée au VHC était de 1,4% en cas de mono-infection par le VHC, contre 6,5% chez les co-infectés VIH + VHC.

Finalement, l'amélioration du pronostic des patients atteints du Sida grâce aux anti-rétroviraux a démasqué le risque propre et tardif au VHC, notamment la cirrhose et le cancer hépatique. Désormais, le VHC est responsable du tiers des décès chez les patients co-infectés.

Rôle des anti-rétroviraux

PUB
PUB

Pratiquement tous les anti-rétroviraux exercent une activité toxique sur le foie et ce risque d'hépatotoxicité semble accru chez les patients atteints d'hépatite C. De ce fait, l'utilisation de ces molécules doit se faire avec une grande prudence. Dans tous les cas, un suivi hépatique régulier est fortement recommandé surtout au cours des 3 premiers mois de traitement.

Un dépistage du VHC doit donc être systématiquement entrepris chez tous les sujets atteints du Sida. En matière de traitement, beaucoup de progrès ont été récemment réalisés dans le domaine de cette co-infection VIH/VHC et des possibilités d'éradication du VHC commencent à voir le jour. Il est donc important de prendre en compte et de traiter non seulement le VIH mais également l'infection par le VHC chez ces patients. L'infection VIH doit être traitée comme elle le serait chez un patient infecté par le seul VHC.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 04 Décembre 2002 : 01h00
Source : Hépatites Actualités n°16 - octobre 2002, Les coïnfections vues par le rapport Delfraissy 2002. Rapport publié pendant la XIVe conférence internationale sur le sida de Barcelone, le rapport Delfraissy fixe les grandes lignes à suivre aux praticiens qui prennent en charge des personnes infectées par le VIH/sida. Le chapitre " Co-infections " qui s'est largement étoffé dans l'édition 2002, aborde tant les co-infections VIH-VHC que VIH-VHB. Pour consulter le rapport Delfraissy 2002 : http://www.arcat-sida.org/hepatites/delfraissy148.html
PUB
PUB
A lire aussi
Hépatite BPublié le 18/12/2002 - 00h00

L'hépatite B est fréquente : elle touche 2 milliards de personnes dans le monde et plus de 350 millions d'entre elles souffriraient d'une hépatite chronique.

Hépatite B : pire que le sidaPublié le 24/07/2006 - 00h00

Comme le sida, l'hépatite B est une maladie sexuellement transmissible. Mais le virus responsable de cette maladie est 100 fois plus contagieux que le VIH. En France, 300.000 personnes sont atteintes d'hépatite B chronique qui, sans traitement, risquent une cirrhose et un cancer du foie.

Plus d'articles