Fellation : 5 idées reçues décryptées par un sexologue

Publié le 01 Août 2018 par Julie Giorgetta, journaliste santé
Validé par : Marie Bareaud, Sexologue et sexothérapeute.
Entrée dans les mœurs, la fellation reste une pratique taboue loin de faire l’unanimité. Preuve d’amour pour certaines, marque de soumission pour d’autres, les idées reçues la concernant sont nombreuses. Décryptage avec Marie Bareaud, sexologue et auteur de formations en ligne sur la sexualité féminine et le couple.
PUB

"La fellation, c’est juste pour le plaisir de Monsieur"

La chanson très suggestive de Gainsbourg Annie aime les sucettes laisse pourtant entendre le contraire. Le plaisir de l’homme est bienvenu mais celui de la femme aussi !

À elle de cultiver ce plaisir en se demandant : "Comment peut-elle vivre la fellation à la fois pour lui et pour elle ? Comment savoure-t-elle le fait d’avoir un pénis dans sa bouche, de sentir à la fois sa force et sa douceur ?", suggère Marie Bareaud.

PUB

"La fellation c'est un passage obligé" 

C’est une croyance très tenace. Un hebdomadaire féminin titrait il n’y a pas si longtemps "La fellation, ciment du couple". Mais dans l’amour, si on se sent obligé de vivre une chose ou une autre, alors ce n’est plus de l’amour, c’est de la contrainte. Rien ne doit être obligé, tout doit être consenti et même plus : désiré !

PUB

D’autant plus que cela se ressent lorsqu’une femme fait une fellation en se forçant. Elle ne prend aucun plaisir et c’est frustrant pour l’homme d’avoir en face de lui une femme qui semble dégoûtée.

"La fellation demande à la femme d’être experte"

Il n’y a pas d’un côté les expertes et de l’autre les mauvaises amantes. "Il y a plutôt d’un côté celles qui apprécient cette pratique et de l’autre, celles qui se forcent pour faire plaisir ou pour garder un amoureux sans pour autant sauter le pas de la pénétration", nuance la sexologue.

D’un côté, les premières savourent la caresse qu’elles prodiguent, ce qui leur permet d’être en lien avec leur partenaire et de lui faire plaisir aussi. De l’autre, les secondes s’attachent souvent à la technique. Mais la technique, c’est souvent froid…