Faut-il continuer à prendre ses médicaments en cas de forte chaleur ?

Même quand la température grimpe exceptionnellement haut, il est hors de question d'arrêter son traitement médical sans avis du médecin. Mais certaines précautions sont à prendre…
Publicité

Ce que la canicule peut causer

Lorsqu'il fait très chaud, l'organisme rencontre parfois des difficultés pour s'adapter. Ce phénomène peut survenir très vite chez les nourrissons, les personnes âgées, les sportifs et en cas de maladie chronique. Les complications les plus graves sont la déshydratation, le coup de chaleur ou l'aggravation d'une maladie. Si le syndrome d'épuisement-déshydratation met plusieurs jours à s'installer, le coup de chaleur peut apparaître en une à six heures.

Des séquelles peuvent persister en l'absence d'une prise en charge rapide (appelez le SAMU : 15).

Publicité
Publicité

Les symptômes sont les suivants : forte fièvre, perte de connaissance, nausées, vomissements, maux de tête, délire, voire convulsions. Parallèlement, la peau est chaude, rouge et sèche car elle ne transpire pas.

Certains médicaments peuvent augmenter les risques

En augmentant l'élimination d'eau au niveau des reins, en agissant sur le métabolisme, sur le mécanisme de refroidissement du corps, en abaissant la tension artérielle ou en modifiant la vigilance, certains médicaments constituent des facteurs de risque. Mais dans tous les cas ce ne sera pas eux qui seront à l'origine des pathologies liées aux fortes chaleurs. C'est pourquoi, il ne faut en aucun cas arrêter un traitement habituel de son propre chef. Si vous passez outre cette recommandation, vous vous exposez à des complications, liées à l'arrêt brutal des médicaments ou à votre maladie qui n'est plus traitée.

Seul votre médecin traitant sera à même d'apporter une éventuelle adaptation personnalisée. De la même façon, ne prenez aucun médicament ne figurant pas sur votre ordonnance, même si ceux-ci sont délivrés sans prescription. A titre d'exemple, en cas de fortes chaleurs, l'aspirine est déconseillé car elle gêne l'adaptation de l'organisme à la chaleur.

 
Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 03 Août 2004 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 01 Juillet 2015 : 17h10
Source : AFSSAPS " Vous et votre traitement en cas de chaleur ", 3 juin 2004, http://agmed.sante.gouv.fr/htm/10/canicule/indcanic.htm