Etes-vous addict aux fromages ?

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Dimanche 01 Novembre 2015 : 21h36
Mis à jour le Lundi 02 Novembre 2015 : 10h00

La nouvelle vient de tomber, elle fait jaser et enchante les fromagers.

Selon une étude américaine, les fromages entraîneraient une addiction, tout comme le tabac, l’alcool et autres drogues, rien que ça !

Mais cette étude est remise en question par des psychiatres spécialisés dans les addictions. Fumer un joint, sniffer de la cocaïne, siffler cul sec une vodka, ça n’a pas tout à fait les mêmes effets sur le cerveau qu’une raclette.  

Publicité

Les chercheurs américains ont demandé à 500 étudiants de remplir un questionnaire sur leur comportement alimentaire. Un étudiant sur 5 a estimé que sa consommation de fromages était difficile à contrôler et la pizza, qui est recouverte de fromage, arrivait en tête des aliments qui rendraient dépendants.

De là, on est passé à l’addiction, le titre de l’étude étant « Quels aliments peuvent être addictifs ? »

Interviewé dans Sciences et Avenir, Bertrand Nalpas, directeur de recherche à l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale et spécialisée en addictologie, précise que « le terme « addiction » est employé à tort et à travers pour n’importe quelle substance ». L’addiction conduit à la perte de contrôle de soi, ce que font les drogues mais pas les aliments comme le sucre, le chocolat et maintenant le fromage sauf dans de rares cas.

Publicité
Publicité

Tout ça est une affaire de dopamine, ce neurotransmetteur précurseur de l’adrénaline, hormone dite anti-stres mais qui donne aussi du tonus et excite.

Ce qui est sucré et/ou gras active dans notre cerveau le circuit de la récompense qui libère naturellement un peu de dopamine, d’où bien-être, tandis que les opioïdes en font sécréter beaucoup et trop, d’où perte du contrôle de soi.

Pour le fromage, c’est la caséine (la protéine du lait) qui s’en va titiller notre circuit de récompense ou plutôt une substance qu’elle libère lors de la digestion et qui s’appelle casomorphine.

Celle-ci rejoint la longue liste des endorphines, appelées « molécules du bonheur » car leur structure chimique est proche de celle de la morphine. On en sécrète un paquet lorsqu’on court ou que l’on pédale sur un vélo, par exemple.

Cette casomorphine se trouve évidemment dans le lait et elle contribue à expliquer les propriétés apaisantes de celui-ci. Elle se trouve aussi dans les yaourts et le fromage blanc.

Donc, ce sont les produits laitiers et pas seulement les fromages qui rendent accro sinon addict !

C’est une bonne nouvelle vu qu’ils sont la principale source de calcium des os.

Paule

Source : Which foods may be addictive? The roles of processing, fat content, and glycemic load.. Schulte EM, Avena NM, Gearhardt AN.PLoS One. 2015 Feb18;10(2):e0117959. doi: 10.1371/journal.pone.0117959. eCollection 2015. PMID: 25692302

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Dimanche 01 Novembre 2015 : 21h36
Mis à jour le Lundi 02 Novembre 2015 : 10h00
PUB
PUB