L'endométriose : maladie de femmes, maladie délaissée
Sommaire

e-sante : Ne pourrait-on pas mettre en place un programme de dépistage systématique dès l'adolescence ?

Delphine Ludzay : Il n'existe à l'heure actuelle qu'un seul moyen sûr à 100% de confirmer qu'il s'agit bien d'endométriose : la coelioscopie. En effet, seule une étude histologique des lésions après un prélèvement par voie chirurgicale est probante. Or il n'est pas possible de faire subir une coelioscopie obligatoire à titre préventif. Surtout que les gestes chirurgicaux peuvent être un des facteurs de greffe des cellules endométriales, et donc donner naissance à l'endométriose. En effet, toutes les femmes ont dans le liquide péritonéal des cellules endométriales. Mais la greffe de ces cellules n'intervient que chez certaines femmes. Les causes de ces greffes sont sans doute multiples et différentes selon les femmes. Par ailleurs, ce qui est vrai à un instant donné peut évoluer dans le temps. Si beaucoup de femmes sévèrement touchées par l'endométriose se plaignaient en vain de leurs douleurs de règles depuis l'adolescence, il n'en demeure pas moins que d'autres ne développent la maladie que plus tardivement. Davantage qu'un dépistage systématique, il est urgent d'alerter le corps médical et le grand public sur la nécessité de penser « endométriose » en présence de dysménorrhée et de mettre en place des protocoles de prise en charge. En effet, en dehors de la coelioscopie, il existe de nombreux outils diagnostic permettant de mettre le médecin sur la voie, notamment : l'interrogatoire complet de la patiente sur les douleurs, l'examen gynécologique, le taux sanguin de CA 125, l'échographie endo-vaginale, l'hystérosalpingographie et l'imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM).

e-sante : En quoi consiste le traitement ?

Delphine Ludzay : L'endométriose est une maladie chronique. Cela signifie qu'une récidive est possible à l'arrêt des traitements. Les traitements sont de deux sortes :

  • Médicamenteux : le but recherché est de supprimer le cycle en créant une « ménopause artificielle », réversible à l'arrêt du traitement. Privée d'oestrogènes, les cellules d'endométriose ne se développent généralement plus. A noter que si les traitements médicamenteux améliorent souvent les symptômes, ils ne font pas disparaître les lésions. Ces traitements ont des effets plus ou moins lourds : saignements, prise de poids, bouffées de chaleur, irritabilité, baisse de la libido...
  • Chirurgical : le but recherché est l'exérèse des lésions. La chirurgie permet de supprimer les douleurs en enlevant les lésions responsables de ces douleurs et d'ôter, autant que possible, tout obstacle à la fertilité. C'est le moyen le plus efficace et fiable de ramener un stade sévère à un stade léger.

Delphine Ludzay : L'endométriose est une maladie chronique. Cela signifie qu'une récidive est possible à l'arrêt des traitements. Les traitements sont de deux sortes :

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Endometriose
Source :