Endométriose : comment se passe le diagnostic ?

© Istock
L’endométriose est une affection chronique touchant 1 femme sur 10 en âge de procréer. Même si une forte douleur pelvienne en est la manifestation la plus courante, l’endométriose revêt de nombreux symptômes qui rendent le diagnostic difficile. Zoom sur cette atteinte courante à la santé sexuelle des femmes.
Publicité

L’endométriose, c’est quoi ?

Au cours du cycle féminin, l’endomètre (membrane tapissant l’utérus) s’épaissit en vue d’une éventuelle grossesse. En l’absence de fécondation, cette membrane se désagrège et saigne : ce sont les règles. L’endométriose correspond à la migration de cellules de l’endomètre via les trompes. Hors de l’utérus, ces cellules provoquent des lésions au niveau des organes colonisés. Cette maladie touche généralement les organes génitaux, mais elle peut aussi survenir au niveau de l’appareil urinaire ou digestif, et plus rarement au niveau des poumons.

Publicité
Publicité

Les symptômes de l’endométriose

Les symptômes de l’endométriose sont multiples car liés à la localisation de la maladie. La douleur gynécologique est le symptôme de référence et constitue une réelle atteinte à la santé sexuelle féminine. Les femmes atteintes peuvent ressentir des règles douloureuses, des douleurs pendant les rapports, mais aussi des douleurs lombaires ou pelviennes. L’intensité des symptômes ne reflète ni la gravité ni l’étendue des lésions. Certaines formes d’endométriose sont même asymptomatiques.

Le diagnostic de l’endométriose

Il est très complexe et peut être établi après seulement plusieurs années. Le gynécologue qui suspecte une endométriose chez sa patiente peut recourir à différents examens. A ce titre, l’échographie pelvienne, l’IRM, la cœlioscopie et l’hystérosalpingographie sont les examens les plus fréquents.

 
Publié par La Rédaction E-Santé le Samedi 26 Mai 2018 : 10h30