DMLA sèche : symptômes et traitements

Publié le 10 Janvier 2019 par La Rédaction E-Santé
Aujourd'hui, on recense plus de 25 millions de personnes souffrant de DMLA dans le monde. On observe environ 500 000 personnes affectées de plus chaque année. Il n’existe malheureusement aucun traitement pour soigner la DMLA sèche, mais des mesures de prévention permettent de se préserver d’une évolution trop rapide. Zoom sur cette atteinte à la santé des yeux.  
PUB
© Istock

DMLA signifie "dégénérescence maculaire liée à l’âge"

La DMLA correspond à une affection qui se situe au niveau de la rétine, une zone appelée la macula. Elle survient généralement chez les personnes âgées de 50 ans et plus, mais la fréquence d’apparition croît avec les années, car elle traduirait un mécanisme de vieillissement accéléré de la macula. L’évolution de la DMLA est généralement très progressive, et ne concerne qu’un seul œil pour commencer. En effet, selon les chiffres de l’Assurance maladie, environ 10% des cas de DMLA concerneraient une atteinte bilatérale. Par ailleurs, il existe deux grands types de DMLA : la forme atrophique dite sèche, et la forme exsudative dite DMLA humide. La première traduit un amincissement de la macula, tandis que l’autre correspond à la présence de petits vaisseaux sanguins dans cette zone qui perdent un peu de liquide ou de sang, ce qui finit par perturber le bon fonctionnement de la rétine. Ceci dit, la DMLA sèche constitue environ 85% de l'ensemble des cas de dégénérescence maculaire liée à l'âge.

PUB

DMLA sèche ou atrophique : comment se traduit-elle ?

Dans ce type de dégénérescence maculaire, une perte de vision centrale est possible, tout en laissant la vision périphérique intacte. Les symptômes précoces de la maladie sont généralement discrets, et n’apparaissent réellement qu’une fois que l’atteinte est à un stade plus avancé. La manifestation typique est l’apparition d’une tache au centre du champ visuel. Parmi les signes précoces, on peut évoquer une baisse de l’acuité visuelle et de la sensibilité aux contrastes, ou encore une vision déformée des lignes droites qui apparaissent dès lors comme ondulées. Tous ces différents symptômes doivent vous conduire à consulter un ophtalmologiste. Il est le seul en capacité à poser un diagnostic de DMLA.

PUB

DMLA sèche : quel est le traitement à suivre ?

Même si la dégénérescence maculaire liée à l’âge touche de plus en plus de monde, il n’existe aucun traitement contre la DMLA atrophique aujourd’hui. Cette maladie incurable et à l’origine de la cécité fait l’objet d’une recherche poussée ayant pour objectif de trouver des solutions et des traitements adaptés. En revanche, cette maladie peut être ralentie dans son évolution à condition qu’elle soit détectée assez tôt. Même s’il n’existe aucun moyen de prévenir la DMLA de manière absolue, il semblerait que certains facteurs de risques de développer la maladie puissent être évités. Le tabac par exemple, multiplierait par 5 le risque de DMLA. Il est aussi essentiel d’adopter une alimentation saine et équilibrée, riche en fibres, pour éviter la surcharge pondérale et les maladies cardio-vasculaires, toutes deux facteurs de risques. Enfin, il semblerait qu’une prédisposition génétique expose certaines personnes plus que d’autres à cette maladie.

Source : Comprendre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), Ameli.fr, 14 juin 2018
DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age), Syndicat National des Ophtalmologistes de France
La rédaction vous recommande sur Amazon :