Interview : DMLA, la vision vieillit

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une maladie grave, invalidante et fréquente (2 millions des plus de 65 ans). Pour le Dr Salomon-Yves Cohen*, co-auteur d'un guide remarquable sur cette affection, « une information claire et sincère est un préalable indispensable pour mettre les patients dans des dispositions psychologiques propices à la réussite du traitement. »
PUB

e-sante : Quels sont les premiers signes qui doivent faire suspecter une dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) et mener à consulter rapidement un ophtalmologiste ?

Dr Salomon-Yves Cohen : Une baisse d'acuité visuelle rapide d'un oeil et des difficultés croissantes à la lecture. Sont encore plus évocateurs de néovaisseaux choroïdiens,les métamorphopsies, c'est-à-dire des déformations des lignes droites. Il est important de tester soi même sa vision oeil par oeil, en cachant successivement l'un des deux yeux.

PUB
PUB

e-sante : Quelles sont les dernières nouveautés médicales et les progrès scientifiques de ces dernières années ?

Dr Salomon-Yves Cohen : Elles sont multiples, comme l'utilisation préventive de vitamines anti-oxydantes et de zinc à fortes doses dans les formes débutantes de la maladie. Mais également la possibilité aujourd'hui de traiter les néovaissseaux rétrofovéolaires (situés derrière le centre de la rétine) par thérapie photodynamique. Ce traitement associe l'injection d'un produit photosensibilisant à un traitement laser. Le but est de boucher les néovaisseaux sans détruire la rétine centrale.Pour l'avenir, nous espérons disposer à court terme de drogues anti-angiogéniques efficaces, lesquelles seront injectées dans le vitré des patients. D'autres traitements sont en cours d'évaluation, comme l'injection intra-vitréenne ou para-bulbaire de corticoïdes retard à action anti-angiogéniques.

Publié le 26 Novembre 2003
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr