Dégénérescence maculaire : le premier traitement de la forme la plus grave

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une altération du centre de la rétine, provoquant une baisse de la vision, voire une cécité avec la forme la plus grave. Les praticiens étaient jusqu'à récemment complètement démunis face à l'évolution sévère de cette maladie. Aujourd'hui, des thérapies sont disponibles, mais seulement pour ralentir les lésions.

PUB

DMLA : toujours pas de traitement curatifs, mais des thérapies pour stabiliser les lésions

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une altération de la zone centrale de la rétine, la macula, responsable de la vision précise. Son altération progressive est la plupart du temps liée à l'âge. C'est la principale cause de baisse de vision chez les plus de 65 ans. Il en existe deux formes : la plus courante, avec 70% des cas, est dite « forme sèche » à évolution très lente sur de nombreuses années ; l'autre, dite « humide ou exsudative » est plus rare (20% des cas), mais beaucoup plus grave.

Elle est due à la formation de petits vaisseaux sous la rétine (néovaisseaux), dont les parois très perméables peuvent provoquer une hémorragie, un œdème ou un décollement localisé de la rétine. Les conséquences sont en premier lieu, une baisse de la vision, puis une évolution irrémédiable vers la cécité allant de quelques semaines à deux ans.

PUB
PUB

A l'heure actuelle, aucun traitement n'est capable de faire disparaître une DMLA. Pour la forme sèche, des aides visuelles (loupes, agrandissements…) ou la rééducation par la vision périphérique permettent d'atténuer ce handicap. Face à la forme exsudative, il n'y a pas non plus de traitement. En revanche, des thérapies sont aujourd'hui disponibles pour freiner la progression de la maladie.

Des thérapies pour la forme la plus grave de DMLA

La photocoagulation au laser, qui brûle les lésions centrales de la rétine.

La photothérapie dynamique qui consiste à détruire par laser à froid les néovaisseaux installés sous la macula (il s'agit d'activer par un rayonnement laser un produit photosensibilisant administré par voie intraveineuse, qui s'est accumulé dans les vaisseaux anormaux de la rétine).

Les traitements anti-angiogéniques qui inhibent la formation de ces néovaisseaux. Les plus récents, ces derniers sont désormais employés en première intention. Ils permettent de stabiliser les lésions.

On retiendra que pour bénéficier de ces traitements stabilisateurs, encore faut-il diagnostiquer la DMLA : consultez un ophtalmologiste tous les ans à partir de 55 ans pour un fond d'oeil, où dès 50 ans en cas d'antécédent familial de DMLA.

A savoir également : les traitements préventifs se développent. En effet, le rôle des antioxydants, de certains pigments maculaires et des oméga-3 ayant été démontré, des médicaments ou des compléments alimentaires sont parfois prescrits chez les sujets à risque de DMLA pour prévenir son apparition.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 10 Octobre 2000 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 23 Septembre 2015 : 15h10
Source : TAP, Archives Ophtalmology, octobre 1999. Le quotidien du Médecin, N°6773, jeudi 5 octobre 2000. Dégénérescence maculaires liées à l'âge et néovaisseaux, Coscas Gabriel, Ed Masson, Abrégé. Société française d'ophtalmologie, http://www.sfo.asso.fr.