Diagnostic de cancer : un risque accru de suicide

Selon une étude suédoise, le risque de suicideserait bien plus important la semaine qui suit l’annonce d’un cancer.

Des résultats qui rappellent et soulignent le poids psychologique que représente un tel diagnostic.

Publicité

Un lien entre cancer et suicide

Le lien entre cancer et suicide est connu depuis de longues années.

Les tentatives de mettre fin à ses jours seraient en effet plus fréquentes chez les patients atteints d’un cancer que dans la population générale.

Volonté de se soustraire au poids de la maladie ou à une évolution défavorable de celle-ci ?

Publicité
Publicité

Les résultats d’une étude suédoise (1) éclairent cette problématique sous un nouvel angle et soulignent le poids psychologique de l’annonce du diagnostic.

Un risque de suicide décuplé suite au diagnostic

Selon cette étude, le risque de tentative de suicide serait multiplié par 12 au cours de la semaine qui suit l’annonce du diagnostic de cancer.

Cette augmentation du risque chuterait ensuite.

Elle ne serait plus que 4,8 fois plus importante dans les 12 semaines suivant l’annonce et 1,8 fois plus importante un an après le diagnostic de cancer.

Le risque de suicide varierait également en fonction de la gravité de la tumeur. Il serait par exemple bien plus élevé pour un cancerdu pancréas ou du poumon que pour un cancer de la prostate – en général de meilleur pronostic.

 
Publié par Thomas Coucq, journaliste santé le Lundi 30 Juillet 2012 : 00h00
Mis à jour le Lundi 30 Juillet 2012 : 13h26
Source : Katleen Schiepers, oncopsychologue à la Fondation contre le Cancer
(1) Fang Fang, Katja Fall, Murray A. Mittleman, Pär Sparén, Weimin Ye, Hans-Olov Adami and Unnur Valdimarsdóttir. Suicide and Cardiovascular Death after a Cancer Diagnosis. New England Journal of Medicine. April 5, 2012.