Démangeaison de la vulve : quelles causes et que faire ?
Sommaire

La vaginose vulvaire, source de confusion

Le déséquilibre du microbiote vaginal a une autre conséquence fâcheuse et douloureuse, la vaginose. Il s'agit d'un autre type d'infection, bactérienne cette fois, elle aussi très fréquente. Contrairement à la mycose, "elle donne surtout des pertes abondantes, qui mouillent la culotte, qui sont malodorantes et liquides, avec des gênes vulvaires mais peu de prurit", liste le Dr Brigitte Letombe.

Là encore, les symptômes constituent un tabou majeur car les patientes l'associent à un problème d'hygiène, notamment à cause des mauvaises odeurs qui s'échappent de la culotte. A tort, puisqu'elles sont simplement dues à la bactérie qui domine alors.

Consulter un médecin rapidement est pourtant nécessaire, car le traitement est très simple. "Il suffit de rééquilibrer la flore pour soulager les symptômes, précise la gynécologue lilloise. On prescrit un antibiotique minute pour lutter contre Gardnerella vaginalis et des probiotiques pour acidifier le pH au niveau vaginal."

La sécheresse vulvo-vaginale, tabou majeur

Même sans cause bactérienne ou fongique, un prurit peut se déclencher. Cause possible, une sécheresse vulvo-vaginale. "Elle peut être due à une hypo-oestrogénie iatrogène (médicamenteuse, ndlr) ou ménopausique, surtout dans la mesure où la ménopause est de moins en moins prise en charge", déplore le Dr Brigitte Letombe.

Et pour cause : les femmes sont les premières à ne pas oser en parler, préférant recourir à des lubrifiants achetés en supermarché ou en parapharmacie. Un silence bien dommageable, car des traitements spécialisés locaux et simples existent et permettent de résoudre durablement le problème.

Le prurit allergique, une cause souvent oubliée

Si les démangeaisons allergiques sont bien connues, on oublie souvent qu'elles peuvent se produire sur toutes les zones de contact, y compris les muqueuses. Et les allergènes sont malheureusement nombreux : colorant, protections hygiéniques, lessive, latex…

Attention, donc, à ne pas traiter le sujet de manière légère, car les symptômes pourraient s'aggraver sans éviction des matériaux à l'origine de la réaction allergique, allant jusqu'à provoquer un œdème. Le diagnostic est donc essentiel.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.