Cystite : buvez, éliminez !

Publié le 06 Novembre 2000 par Dr Sylvie Coulomb
La cystite ou inflammation de la vessie est très fréquente, surtout chez la femme. Elle est caractérisée par des sensations de brûlures en urinant associées à de fréquentes envies d'uriner. Elle guérit facilement et rapidement à condition de bien suivre le traitement et surtout d'observer correctement quelques règles simples d'hygiène de vie. En résumé, sachez que les cystites seraient moins fréquentes et surtout récidiveraient moins si les femmes buvaient davantage et urinaient plus souvent.
PUB
© Istock

Comment se manifeste une cystite ?

La cystite est très fréquente, essentiellement chez la femme, en raison de la disposition anatomique de la vessie, de l'anus et du vagin.

La cystite ou inflammation de la vessie entraîne essentiellement des douleurs en urinant (appelées douleurs mictionnelles) qui peuvent être très intenses, une sensation de pesanteur de la vessie et également des envies impérieuses d'uriner, avec seulement émission de quelques gouttes d'urine. Les urines peuvent être troubles, blanchâtres, d'odeur forte. Si elles sont rouges, c'est qu'elles contiennent du sang.

En général, la température est normale ou reste inférieure à 38,5°C et il n'y a pas de douleurs lombaires ; dans le cas contraire, il est probable que l'infection urinaire soit plus sévère, d'origine rénale par exemple. Consultez alors sans tarder votre médecin.

Une infection urinaire est le plus souvent responsable

Les femmes sont particulièrement exposées au risque d'infection urinaire en raison de leur anatomie : l'urètre (le conduit urinaire qui débouche dans la vessie), le vagin et l'anus sont situés les uns à côté des autres. C'est ainsi que les bactéries présentes dans l'anus peuvent arriver dans l'urètre et dans la vessie. L'urine constituant un milieu propice à la multiplication des bactéries, une infection peut se développer au niveau de la vessie et entraîner une inflammation : la vessie est irritée, d'où les douleurs, et ne tolère plus la présence d'urine, d'où son élimination continuelle et en petite quantité.

PUB
PUB

On connaît un certain nombre de facteurs favorisants la survenue d'une cystite comme le diabète (la présence de sucres dans les urines favorise la prolifération des bactéries), la grossesse (qui diminue le tonus musculaire de la vessie et entraîne une stagnation des urines), les rapports sexuels répétés, l'utilisation de diaphragmes comme contraceptifs ainsi que la prise de la pilule, ou encore la constipation.

D'autres causes peuvent intervenir dans la cystite

Une inflammation d'autres organes situés à proximité de la vessie (urètre, vagin ou vulve) peut être à l'origine d'une cystite. Le muguet, affection fréquente provoquée par un parasite, peut entraîner des sensations de brûlures ou de picotements au moment d'uriner. L'infection à Chlamydiae, qui est une infection sexuellement transmissible, peut également être responsable de cystites, avec parfois un écoulement vaginal.

De même que l'infection génitale par le virus Herpès irrite les muqueuses, provoquant ainsi des douleurs mictionnelles. Parfois, les brûlures urinaires surviennent en l'absence d'infection. Il s'agit d'une inflammation de la vessie sans cause bactérienne, qu'on appelle « cystalgie à urines claires ». Les douleurs se situent alors plutôt au niveau du pelvis et sont permanentes, souvent indépendantes des mictions. Il faut également penser à l'allergie liée aux produits utilisés pour la toilette, dont le point de départ est le vagin.

Enfin, chez l'homme, l'augmentation de volume de la prostate peut entraîner une compression des voies urinaires et diminuer le débit urinaire, favorisant la cystite.

Source : L'urologie. J. Cukier. P.U.F. Que sais-je. Problèmes urologiques de la femme. P. Colombeau. Médecine au quotidien. Ed. J. Lyon. Brûlures mictionnelles de la femme jeune. P. Simon. FMC du Quotidien du Médecin. 12-11-96.