Cystite : mieux vaut prévenir !

Connaissez vous les quelques règles d'hygiène qui peuvent vous aider à éloigner le risque de cystite ? Faites le point !
PUB

1) La canneberge (cranberry ou airelle rouge) exerce des effets préventifs sur les cystites récidivantes.

Vrai.

Ce sont des petites baies rouges, proches des myrtilles, mais très acidulées. L'Agence de sécurité sanitaire des aliments (Anses) a rendu un avis favorable dès 2004, à l'emploi des grandes airelles rouges dans la prévention de ces infections urinaires à répétition. Les études sur lesquelles s'appuie l'Agence, montrent qu'en plus de fibres, de flavonoïdes et d'anthocyanes, le Cranberry contient également des proanthocyanidines, substances capables de se fixer sur les bactéries E. Coli, lesquelles ne pouvant plus adhérer aux parois de la vessie sont éliminées lors de la miction. On trouve aujourd'hui du jus de canneberge en grande surface, en pharmacie et en parapharmacie.

2) Après une baignade, j'ôte le plus rapidement possible mon maillot de bain mouillé.

Vrai.

L'objectif est de ne pas laisser sécher son maillot de bain sur soi.

3) Après une baignade ou au retour d'une journée à la plage, je prends systématiquement, et tout de suite, une douche.

Vrai.

On élimine ainsi toute bactérie.

4) Inutile de laver son maillot de bain à chaque retour de plage.

Faux.

Le laver et le faire sécher après chaque utilisation sont des gestes essentiels.

PUB
PUB

5) Je bois beaucoup et très régulièrement.

Vrai.

Boire au moins un litre et demi par jour, tout au long de la journée et en petites quantités, contribue à prévenir les cystites. Mais c'est de l'eau qu'il faut boire !

6) En cas de cystites récidivantes, il est préférable de porter des pantalons et des sous-vêtements en synthétique.

Faux.

L'idéal est de porter du coton.

7) C'est du pipo, les pantalons trop moulants ne favorisent pas les cystites.

Faux.

Ils favorisent la chaleur et l'humudité, milieux favorable au développement bactérien, tandis que les frottement fragilisent les muqueuses.

8) Mieux vaut éviter les strings.

Vrai.

Effectivement, il vaudrait mieux éviter les strings et l'idéal est le coton. Sans recommander la culotte grand-mère, vous pouvez choisir de la lingerie sexy en dentelle, mais avec le fond en coton !

9) Seules les femmes souffrent de cystite.

Faux.

Bien que cette maladie soit féminine à 85%, les hommes aussi peuvent en souffrir. En France, plus d'un million de personnes sont atteintes de cystites récidivantes. Une femme sur trois aura au moins une cystite dans sa vie.

10) Envie de faire pipi ? J'attends, de sorte que ma vessie soit bien pleine.

Faux.

Il ne faut surtout pas attendre. Il est essentiel de se soulager dès que l'envie se présente et de prendre le temps de bien vider sa vessie.

11) Aux toilettes, je m'essuie toujours de l'arrière vers l'avant.

Faux.

C'est l'inverse : toujours de l'avant vers l'arrière, afin de ne pas entraîner les germes de l'anus vers la vulve.

12) La cystite est considérée comme récidivante à partir de :

4 crises annuelles.

13) Dans la majorité des cas, la cause d'une cystite n'est pas retrouvée.

Vrai.

Il est cependant préférable de réaliser un bilan : ECBU, échographie rénale, vésicale... Si aucune cause n'est retrouvée, la prise en charge s'articule autour de règles hygiéno-diététiques et d'un traitement antibiotique.

14) Vin blanc et champagne sont déconseillés.

Vrai.

En modifiant brutalement le pH urinaire, ces boissons alcoolisées risquent de favoriser la multiplication des colibacilles et donc les cystites.

15) La toilette vaginale est indispensable.

Faux.

Elle est déconseillée. Il en est de même des produits d'hygiène intime, car ils détruisent la flore de défense située à l'entrée du vagin. En revanche, la toilette intime est essentielle, mais elle ne doit pas être faite à l'excès : une fois par jour à l'eau et au savon de Marseille. A savoir également : les longs séjours dans un bain moussant sont à éviter et les protège-slips aussi, car enduits de produits contre l'humidité et les odeurs, ils détruisent la flore de défense.

16) Après un rapport sexuel, je m'éclipse un instant pour aller uriner.

Vrai.

A savoir : le rapport sexuel étant un facteur déclenchant dû à l'aspect mécanique et non contaminant. Il est possible d'utiliser une antibioprophylaxie prise uniquement après les rapports.

Publié le 12 Avril 2005 | Mis à jour le 07 Avril 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr