Creutzfeld-Jacob (vache folle) : un pied de nez à l'ESB ?

Le nombre de personnes décédées à la suite de la contamination par un variant de la maladie de Creutzfeld-Jacob est en baisse. Des chercheurs viennent d'identifier un moyen de diagnostic précoce, tandis que d'autres sont sur la piste d'anticorps capables de protéger contre la progression de la maladie. Plutôt de bonnes nouvelles.
Publicité

Baisse du nombre de décès

En 2002 au Royaume-Uni, 17 personnes sont mortes à la suite de la contamination par un variant de la maladie de Creutzfeld-Jakob, contre 20 en 2001 et 28 en 2000. L'analyse statistique montre que l'augmentation observée dans les années passées est en train de ralentir.

Vers un diagnostic précoce ?

Les poils du nez pourraient devenir des agents de diagnostic de la maladie de Creutzfeld-Jacob. Cette observation reste à confirmer, mais si elle l'est, les répercussions seront importantes.En effet, cela signifierait que les prions sont présents dans les tractus cérébraux qui véhiculent l'olfaction et qu'il faudrait reconsidérer la voie nerveuse de l'appareil respiratoire plutôt que la voie gastro-intestinale, comme le chemin de pénétration du prion responsable de cette pathologie. Ceci d'autant plus que les cils pileux sont porteurs de prions ainsi que la muqueuse au sein de laquelle ils sont implantés, mais pas l'épithélium respiratoire.Ce que les auteurs trouvent de plus intéressant dans cette observation, c'est qu'ils disposent là d'un moyen diagnostic facile pour identifier la pathologie précocement dès qu'ils la supputent.

Publicité
Publicité
 
Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 09 Avril 2003 : 02h00
Source : White A. et coll., Nature, 422 : 80-83, 2003. Zanusso et coll., N. Engl. J. Med., 348 : 681-682, 711-719, 2003. Andrews N.J. et coll., Lancet, 356 : 481-82, 2000.