La vache folle et ces multiples voies de contamination : nous pouvons tous être des porteurs sains.

Publié le 11 Septembre 2000 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
On parle d'une épidémie qui pourrait être sous estimée, de la possibilité de nouvelles voies de transmissions et de l'existence probable de porteurs sains mais contagieux.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

De nombreuses inconnues persistent sur l'épidémie de la maladie de Creutzfeld Jacob lié à la maladie de la vache folle.

L'épidémie

Il est probable qu'étant donnée la très longue durée du temps d'incubation de cette infection neurologique mortelle, l'épidémie soit en fait plus vaste qu'il n'y paraît.

Les voies de transmission se multiplient

Il semblerait que la voie habituelle d'infection, qui est la consommation de viande infectée ne soit plus la seule. La maladie pourrait être transmisse par le biais d'instruments chirurgicaux contaminés lors d'intervention du cerveau, et exceptée la greffe de cornée, aucune autre voie de transmission n'avait jusque là été incriminée avec la forme « classique » de l'agent infectieux. Aujourd'hui on découvre que le prion, responsable du « nouveau variant » de la maladie de Creutzfeld Jacob, pourrait se localiser dans d'autres organes comme les ganglions, la rate et les amygdales. Toutefois, on ne sait pas encore si ce nouveau variant est contaminant ou non.

Les porteurs sains

Une étude en laboratoire vient de montrer qu'après une injection de prion dans le cerveau de souris, les prions s'y multiplient, mais les signes cliniques de la maladie n'apparaissent pas. Il s'agit donc ici de porteurs sains. Si ce résultat se vérifie chez l'homme, l'infection par matériel chirurgical pourra être évoquée.

Face à ces découvertes, la Direction Générale de la Santé répond en prévoyant rapidement la mise en place de mesures plus strictes en matière de stérilisation des instruments chirurgicaux en rapport avec les nouveaux risques potentiels de transmission de la maladie de Creutzfeld Jacob.

Source : Collinge, Proc Natl Acad Sci USA 2000; 97: 10248-53 Pr D. Dormont, service de neurovirologie, CEA, Fontenay-aux-roses, Eurosurveillance, Bul. Eur. Maladies Transmissibles, septembre 2000