COVID : on lui annonce son cancer foudroyant en visio après 3 rendez-vous annulés
Sommaire

Cancer mortel : "cela aurait été différent, s’il n’y avait pas eu de pandémie"

Cancer mortel : "cela aurait été différent, s’il n’y avait pas eu de pandémie"© Adobe Stock

Kimberley Eccles a joué de malchances avec l’annulation de ses examens à cause de la pandémie. 

Le rhabdomyosarcome (RMS) est une tumeur maligne qui se développe à partir du tissu musculaire strié. Ce cancer touche principalement les enfants, et dans de rares cas les adultes. Il peut se former dans toutes les parties du corps. Néanmoins, il est plus souvent observé au niveau des structures de la tête et du cou (environ 40% des cas), de l'appareil génito-urinaire masculin ou féminin (environ 25% des cas) et des membres (environ 20% des cas). Comme tous les cancers, le pronostic dépend de la rapidité de la prise en charge. Si la tumeur est importante ou métastasée, les chances de survie sont amoindries.

Scanner d'un rhabdomyosarcome

Scanner d'un rhabdomyosarcome© Creative CommonsSource : Mahesha Vankalakunti, Ashim Das and Narasimhan KL Rao. Postauricular congenital alveolar rhabdomyosarcoma- a case report of an unusual entity. Diagnostic Pathology 2006, 1:37doi:10.1186/1746-1596-1-37 Licence CC 2.0 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.en

"Je ne peux m'empêcher de penser à quel point cela aurait pu être différent s'il n'y avait pas eu de pandémie et que mon cancer avait été diagnostiqué plus tôt. Il doit y avoir beaucoup d'autres patients cancéreux dans la même situation que moi maintenant", déplore la jeune britannique. Et elle a raison !

Le centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy estime que le premier confinement entrainera une augmentation de la mortalité par cancer entre 2 et 5 % à 5 ans. Un modèle mathématique de simulation a été utilisé pour évaluer l’impact des retards de diagnostics et de prise en charge des cancers pendant la première vague. "Les résultats montrent que ce sont les retards/décalages de venue des patients qui ont le plus fort impact. Ces retards pourraient se traduire par une augmentation a minima de 2 % des décès par cancer à 5 ans", précise le communiqué.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Covid-19 : la surmortalité par cancers lors de la première vague estimée entre 2 et 5 %, 18 septembre 2020, Gustave Roussy
FIGHT FOR LIFE Doctors miss mum’s killer cancer for months during coronavirus lockdown – then tell her over a Zoom call, The Sun, 25 novembre
Rhabdomyosarcome, société canadienne du cancer