Contraception : trois stérilets suspendus par l’ANSM

L’ANSM a interdit la pose des dispositifs intra-utérins (DIU) Ancora et Novaplus ainsi que Sethygyn. L’Agence française du médicament a pris cette décision après une hausse du nombre de ruptures lors du retrait et d’expulsions.
© Istock

L'ANSM prévient dans un communiqué qu’elle a suspendu les ventes des dispositifs intra-utérins (DIU) Ancora et Novaplus du fabricant Eurogine ainsi que certains kits Sethygyn de la société Euromedial.

Stérilets suspendus : risque d’expulsion spontanée

L’agence du médicament explique qu’elle a pris la décision de stopper les ventes et les poses des produits Ancora, Novaplus et Sethygyn face à “l’augmentation du nombre d'incidents de rupture lors du retrait par des professionnels de santé, ainsi qu'aux déclarations d'expulsions spontanées d'une partie ou de la totalité de ces stérilets”. Ces DIU incriminés sont posés à 20 000 patientes par an.

L’organisation précise “D'après l'analyse conduite par l'ANSM sur les incidents déclarés, le risque d'expulsion de ces stérilets apparaît être plus important au-delà de 3 ans de pose.”

Il est donc recommandé aux professionnels de la santé et aux patientes de discuter lors de la prochaine consultation de “l'éventualité d'un retrait préventif” si le stérilet est porté depuis plus de 3 ans.


Que faire si vous avez un stérilet Ancora, Novaplus ou Sethygyn ?

Pour les DIU mis en place il y a moins de 3 ans, l’agence du médicament indique que le retrait n’est pas nécessaire. En revanche, il est conseillé aux patientes de rester attentives aux signes pouvant évoquer une expulsion. Si une femme soupçonne une perte du stérilet, elle doit consulter son médecin, car une “expulsion spontanée du DIU peut remettre en cause l'efficacité de la contraception et exposer à un risque de grossesse non désirée”.

Les signes évocateurs d'une expulsion spontanée d'un stérilet sont les suivants :

  • fil de traction du stérilet absent ou plus long que prévu
  • douleur abdominale ;
  • saignements entre les règles ou après un rapport sexuel ;
  • douleurs lors des rapports sexuels.

Toutefois, certaines expulsions peuvent être asymptomatiques.

Pour vérifier la date de pose du stérilet, il faut se reporter à la carte remise lors de sa pose.

Comment s’assurer que votre stérilet est bien en place ?

La méthode pour contrôler la présence d’un stérilet est simple. Il faut vérifier si les fils du DIU sont en place en introduisant doucement un doigt dans le vagin près du col de l'utérus. Si vous ne les sentez pas, il est possible que le stérilet ait été expulsé. Il faut alors consulter dès que possible le gynécologue ou médecin qui vous suit, puis utiliser une autre méthode de contraception jusqu'à la consultation.

Le stérilet séduit de plus en plus

Selon le baromètre santé de 2016 sur les pratiques contraceptives des femmes réalisé par Santé publique France, 25,6% des femmes portent un dispositif intra-utérin. Cette méthode est surtout plébiscitée par les patientes de 40-44 ans (37,4%) et celles de 35-39 ans (34,6%).

Si la pilule reste globalement le moyen de contraception le plus utilisé (33,2%), elle perd du terrain depuis plusieurs années. Ce recul profite au stérilet, au préservatif (15,5%)et à l'implant (4,3%).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.