Comment reconnaître une crise d'épilepsie ?

Du 16 au 21 octobre, les Journées nationales de l'épilepsie seront l'occasion d'en apprendre un peu plus sur cette maladie fortement méconnue du grand public et entourée, à tort, de peurs mystiques. Saviez-vous que l'épilepsie est la deuxième cause de consultation chez un neurologue, juste après la migraine ? 500.000 Français sont touchés par l'épilepsie.
PUB

Non pas une, mais des épilepsies

Il faut savoir qu'il existe des dizaines de formes différentes d’épilepsie, dont les manifestations ne sont pas toutes les mêmes.Toutes ces maladies ont cependant des traits communs », précise le Pr Fabrice Bartolomei*, Chef du Service de Neurophysiologie Clinique et d’Epileptologie à l’Hôpital de la Timone et vice président de la Ligue française contre l’épilepsie (LFCE). « Elles sont caractérisées par un symptôme prédominant et récurrent : les crises épileptiques. Celles-ci sont la manifestation de troubles transitoires des rythmes électriques cérébraux. C’est la raison pour laquelle, le diagnostic d’épilepsie est basé sur l’analyse des rythmes électriques cérébraux par l’EEG (ElectroEncéphaloGramme) ».

PUB
PUB

L'épilepsie est une maladie neurologique (et non psychologique) qui touche 50 à 60 millions de personnes dans le monde.

Pr Fabrice Bartolomei : « Pourtant, elle reste mal connue et toujours associée à sa manifestation la plus spectaculaire, mais finalement pas la plus fréquente, qu'est la crise de convulsions ».

Quels sont les signes d’une crise d'épilepsie ?

Il existe deux grandes catégories de crises d'épilepsie.

1) Les crises d'épilepsie généralisées :

  • Les crises tonico-cloniques (les plus connues, les plus impressionnantes, mais les moins fréquentes) : perte de connaissance avec chute, mouvements convulsifs, parfois morsure de la langue...

  • Les absences : brève rupture de contact (quelques secondes) se traduisant par une fixité du regard, des battements de paupières, parfois des mâchonnements.

  • Les crises myocloniques qui sont caractérisées par des secousses musculaires massives et brèves.

2) Les crises d'épilepsie partielles ou focales

Ces crises n'affectent que certaines fonctions cérébrales. Elles peuvent se traduire par divers signes pouvant comporter :

  • des troubles moteurs, sensoriels (hallucinations, illusions) et sensitifs,
  • des troubles de la mémoire ou de la conscience.

Certaines de ces crises partielles peuvent ensuite évoluer vers une crise généralisée tonico-clonique.

Les signes partiels du début de la crise sont très importants pour orienter le diagnostic topographique (zone cérébrale).

Publié le 16 Octobre 2006 | Mis à jour le 04 Février 2016
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Dossier de presse du Comité national pour l'épilepsie, Journées nationales de l'épilepsie, 2006.