Cancer : un grain de beauté artificiel capable de détecter les premiers signes

© Autre

Chaque année, le cancer touche 400 000 Français.es. Mais repérer la maladie à un stade précoce est encore difficile. Une équipe suisse propose une solution : un "tatouage biomédical" qui surveille un paramètre clé.

PUB

Ce grain de beauté pourrait bien vous sauver la vie. Mis au point par une équipe de scientifiques de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Suisse), il se présente sous la forme d'un "tatouage biomédical". Implanté sous la peau, il pourrait repérer le cancer à un stade précoce, d'après les résultats publiés dans Science Translational Medicine.

Cet implant est constitué de cellules humaines qui ont été modifiées de manière à exprimer un récepteur très sensible au calcium. Encapsulées, elles ont été implantées sous des peaux de cochons et dans l'organisme de plusieurs souris.

Positionnés de cette façon, les dispositifs sont censés mesurer en permanence la concentration de calcium dans le sang. En effet, une hypercalcémie peut révéler la présence de certains cancers avant que la tumeur ne se soit trop étendue. Ce qui permettrait, théoriquement, de repérer la maladie au moment  où elle se traite le mieux.

PUB
PUB

Un grain de beauté synthétique

"Une détection précoce augmente significativement les chances de survie", souligne Martin Fussenegger, co-auteur de l'étude, dans un communiqué. L'exemple du cancer du sein l'illustre bien : les chances de guérison s'élèvent à 98 % s'il est repéré tôt, mais tombent à 25 % lorsque le diagnostic est posé trop tard.

Restait à traduire l'hypercalcémie en termes simples. Pour cela, les Suisses ont fixé une valeur seuil de concentration de calcium dans le sang. Lorsqu'elle est dépassée, une réaction en chaîne se produit dans l'implant. En bout de circuit, la production de mélanine est stimulée et l'équivalent d'un grain de beauté apparaît.

Après 38 jours de tests sur des peaux de porc et des souris, l'équipe a confirmé l'efficacité du système. Lorsque la tumeur augmente le taux de calcium, une tâche de mélanine se forme. Lorsque le cancer ne provoque pas cela, rien ne se produit. L'implant serait donc capable de signaler la présence d'un cancer de la prostate, du poumon, du côlon ou du sein.

A. Testanova et al, Science Translational Medicine (2018)

Cibler les personnes à risque

Lorsque le grain de beauté se développe, "le porteur de l'implant peut consulter son médecin pour des examens approfondis, explique Martin Fussenegger. Mais ce grain de beauté ne signifie pas que la personne risque de mourir rapidement."

Il faudra tout de même améliorer le dispositif : la durée de vie de l'implant est, pour le moment, limitée à un an; ce qui signifie qu'il faudra le remplacer régulièrement. Reste aussi à savoir qui pourra bénéficier de cet implant, car la stratégie est pour le moins anxiogène.

Interrogé par Le Quotidien du Médecin, le chercheur suisse précise que  "bien que cet outil diagnostique puisse être utile pour tout le monde, les personnes ayant une prédisposition génétique à certains cancers et celles ayant subi un traitement de tumeur primaire et qui nécessitent une surveillance continue pour diagnostiquer la récidive seraient celles qui pourraient en bénéficier le plus".

L'hypercalcémie n'a rien de nouveau dans le secteur de la cancérologie. Dans 10 à 30 % des formes avancées, elle nécessite une prise en charge. C'est d'ailleurs un facteur de mauvais pronostic : 8 patient.e.s sur 10 meurent dans l'année qui suit.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés