Cancer du sein : qui doit se faire dépister avant 50 ans ?

À partir de 50 ans, toutes les femmes sont invitées à réaliser une mammographie dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein.

Les autorités recommandent également un dépistage précoce et spécifique pour les femmes porteuses d’une mutation génétique (BRCA1 et 2).

Mais il existe bien d’autres facteurs de risque qui pourraient justifier de débuter le dépistage plus précocement. La Haute autorité de santé (HAS) vient de les identifier et de les intégrer dans ses nouvelles recommandations.

PUB

La HAS a analysé les 69 facteurs potentiellement associés au cancer du sein recensés dans la littérature scientifique. Elle a ainsi pu déterminer ceux qui nécessitent d’entreprendre un dépistage spécifique, donc en dehors du dépistage organisé qui concerne les femmes de 50 à 74 ans.

7 facteurs de risque nécessitent un dépistage spécifique

« En France, une femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie. Plus il est détecté tôt et plus un cancer du sein a de chances d’être guéri ».

Au total, sept facteurs de risque ont été identifiés :

  • Les antécédents personnels de tumeur mammaire (cancer du sein invasif, carcinome canalaire in situ, carcinome lobulaire in situ, hyperplasie canalaire atypique, hyperplasie lobulaire atypique).
  • Les antécédents de radiothérapie thoracique (irradiation thoracique médicale à haute dose pour maladie de Hodgkin).
  • Certains antécédents familiaux de cancer du sein (score d’indication à la consultation d’oncogénétique ≥ 3 selon le score d’Eisinger en l’absence de mutation génétique identifiée dans la famille).

Pour toutes ces situations à risque, la HAS précise les modalités spécifiques de dépistage : types d’examen (IRM, scanner…), leur fréquence, âge du début du dépistage, durée du suivi.

PUB
PUB

Toutes ces informations sont précisées dans un document type questions/réponses : http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2014-05/questions_reponses_cancer_sein_2014-05-19_09-02-15_41.pdf.

Les facteurs de risque ne justifiant pas de dépistage précoce ou spécifique

Lors de ce travail, la HAS a pu écarter de nombreux autres facteurs de risque.

Il s’agit par exemple :

  • de la taille des seins,
  • d’une densité mammaire élevée après la ménopause,
  • de certaines lésions mammaires,
  • du port de prothèse en silicone,
  • de la pilule,
  • d’une première grossesse tardive,
  • du traitement hormonal substitutif,
  • de l’obésité,
  • du diabète,
  • de la consommation de certains aliments (café, thé, tomate, pamplemousse),
  • d’alcool ou du tabagisme.

Pris individuellement, aucun de ces facteurs de risque ne justifie d’entreprendre un dépistage précoce (avant 50 ans) ou spécifique.

Publié le 19 Mai 2014 | Mis à jour le 19 Mai 2014
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Communiqué de presse de la HAS, 19 mai 2014,  http://www.
Voir + de sources
has-sante.fr/portail/jcms/c_1741484/.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés