Cancer : elle subit trois mois de radiothérapie sur le mauvais sein

© Istock

Une femme, atteinte d'un cancer, a reçu son traitement de radiothérapie sur le sein droit au lieu du sein gauche. Un incident qui a attiré l'attention de l'Autorité de sûreté nucléaire. 

Publicité

Pendant près de trois mois, une femme atteinte du cancer a été la victime d'une erreur médicale. Son traitement de radiothérapie a été réalisé sur le mauvais sein, occasionnant des risques pour sa santé. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dévoile l'incident dans un communiqué publié sur son site internet, le 31 août 2018.

La radiothérapie est une technique de traitement de nombreux cancers. Elle consiste à envoyer des rayons dits "ionisants", capables de détruire les cellules cancéreuses. Le gray est l'unité de mesure de l'énergie dégagée par un rayonnement ionisant.

Publicité
Publicité

Une prescription erronée

Atteinte d'une tumeur au sein gauche, la patiente s'est vu prescrire une dose de 66 gray, la dose la plus forte prescrite à ce jour contre les cancers. Entre le 28 février et le 17 avril 2018, elle réalise son traitement au Centre d'oncologie Saint-Yves à Vannes (Morbihan).

C'est à l'occasion d'une visite chez son médecin traitant, plusieurs mois plus tard, que l'erreur médicale est découverte. L'intégralité des rayons lui ont été administrés sur le sein droit.
"Cet événement a été provoqué par l’indication erronée du côté à traiter dans le compte rendu de la consultation médicale initiale", explique l'ASN. Cette erreur aurait ensuite été reprise dans la prescription de la radiothérapie.

Des incidents surveillés par l'ASN

L'incident a été classé niveau deux sur l'échelle ASN-SFRO. Cette échelle "a pour objectif d’informer le public sur les événements de radioprotection affectant des patients dans le cadre d’une procédure de radiothérapie", précise l'autorité sanitaire. Ces "évènements" sont classés dans huit niveaux, selon leur gravité. Le niveau deux correspond aux incidents "occasionnant ou susceptible d’occasionner une altération modérée d’un organe ou fonction". Depuis la découverte de cette erreur, la patiente bénéficie d'un suivi médical renforcé.

Tous les types de radiation peuvent provoquer des lésions dans l'organisme et donner lieu à une pathologie appelée mal des rayons. Les premiers symptômes sont les nausées, la diarrhée et la faiblesse, parfois suivies de chute des cheveux.

On peut administrer des médicaments pour soulager les nausées et la douleur, mais seuls les antibiotiques et les transfusions sanguines permettent de lutter contre les infections mortelles et de soigner progressivement le mal des rayons.

PUB
PUB