Cancer du poumon : douleurs et pronostic

Difficultés respiratoires, perte de poids, toux, mal de dos… Quels sont les signes du cancer du poumon ? Figurant parmi les cancers les plus mortels, son diagnostic à un stade précoce est important car plus le cancer du poumon est détecté tôt, meilleur sera le pronostic vital.
© Istock

Cancer du poumon : les symptômes

Si le cancer du poumon fait partie des cancers les plus meurtriers, c’est, en partie, parce qu’il est souvent diagnostiqué à un stade déjà avancé. Or, plus la prise en charge est précoce, plus les chances de guérison augmentent. Il est donc impératif de prêter attention aux différents signaux d’alerte qui peuvent indiquer un développement tumoral, notamment chez les fumeurs qui restent la population la plus à risque. Ainsi, une toux persistante, un enrouement récurrent ou tout autre trouble respiratoire doivent faire l’objet d’une consultation médicale.

Cancer du poumon et mal de dos, quels liens ?

Outre ces symptômes caractéristiques, le mal de dos peut être le signe d’un développement déjà avancé de la pathologie. En effet, les douleurs thoraciques et dorsales sont généralement induites par la présence de métastases qui vont exercer une pression excessive au niveau de certaines structures nerveuses, musculaires ou osseuses. Le patient aura alors de plus en plus de difficultés à se mouvoir et la douleur s’intensifiera en position allongée sur le dos. À la différence d’une dorsalgie « classique », les maux de dos occasionnés par un cancer pulmonaire sont souvent résistants aux traitements antalgiques.

Cancer du poumon, des chances de survie variables

Ce cancer a un taux de mortalité variable en fonction du stade auquel il est diagnostiqué. Plus il est décelé tôt, plus le pourcentage des chances de survie après cinq ans est important, à savoir :
- 47 % au stade 1 ;
- 32 % au stade 2 ;
- 22 % au stade 3 ;
- 5 % au stade 4.

Lorsque le cancer du poumon est dit secondaire, cela signifie que l’organe pulmonaire est atteint par des métastases provenant de n’importe quel type de cancer. Mais un cancer du poumon primitif peut aussi évoluer jusqu’au stade 4 et disséminer des métastases dans l’autre poumon et dans tout l’organisme, qu’il s’agisse de la lymphe, du cerveau, des os ou du foie. Parmi les différents types de cancers du poumon, la forme à petites cellules est le type le plus évolutif.

Le cancer du poumon a pour première cause le tabagisme, qui est responsable de cette maladie grave dans près de 90 % des cas. Il se déclare en moyenne entre 50 et 65 ans. En constante augmentation chez la femme, il est la deuxième cause de mortalité après le cancer du sein. Chez l’homme, il tue plus que le cancer colorectal et le cancer de la prostate.
Pour prévenir ce cancer meurtrier, il est indispensable de ne pas commencer à fumer. Mais il n’est jamais trop tard pour dire stop au tabac.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.