Cancer du pancréas : la phase terminale

© Adobe Stock

Le cancer du pancréas est particulièrement agressif. Il entre même dans la catégorie des cancers foudroyants comme le prouvent les statistiques négatives qu’il affiche. Quels sont les symptômes du cancer du pancréas à un stade avancé ?

PUB

Cancer du pancréas : définition et symptômes

Le pancréas est un organe digestif particulièrement important puisqu’il est chargé de produire l’insuline. Son dysfonctionnement va altérer considérablement la régulation du taux de sucre dans le sang. Mais les premiers symptômes du cancer du pancréas sont généralement assez discrets et peu spécifiques (troubles digestifs, maux de ventre ou de dos…), ce qui est à l’origine d’un diagnostic souvent tardif du cancer, à un stade déjà avancé. Dans ce cas, une personne qui souffre d’un cancer du pancréas avancé va présenter des troubles majeurs de la glycémie qui seront associés à des troubles de l'assimilation des graisses.

PUB
PUB

Cancer du pancréas : quels sont les signes de la phase terminale ?

Plus le stade tumoral du cancer du pancréas va progresser, plus les symptômes vont s’aggraver et se généraliser. La classification des cancers comporte quatre stades. Le plus avancé, le stade 4, correspond à une extension du cancer dans l’organisme sous forme de métastases. Le terme « phase terminale » ne correspond pas à ce stade mais signifie qu’aucun traitement n’est plus efficace pour combattre la maladie. L’apparition de métastases, des cellules cancéreuses qui se sont déplacer du pancréas vers d’autres organes, va contribuer à l’affaiblissement de l’état général. La personne qui en souffre ne parvient alors plus à s’alimenter, perd du poids, ressent d’intenses douleurs abdominales, ne peut plus marcher…

Cancer du pancréas : quel est le traitement de la phase terminale ?

Lorsque la voie curative est abandonnée, ce sont les soins palliatifs qui vont prendre le relais. Ces derniers sont destinés à accompagner le patient jusqu’à son décès dans les meilleures conditions possible. Cela va passer par une gestion optimale de la douleur, souvent par l’injection de morphine (pompe) ou de dérivés morphiniques. Lorsque le patient n’est plus en mesure de manger, une alimentation par voie intraveineuse vient lui apporter les nutriments dont il a besoin. L’entourage est bien entendu associé à toutes les décisions visant à aider le malade à accepter sa fin de vie.

Publié le 06 Janvier 2019
Auteur(s) : La Rédaction E-Santé
La rédaction vous recommande sur Amazon :