Bronchiolite : recommandations à destination des parents

La bronchiolite touche 480 000 nourrissons par an. Or cette affection s'accompagne de très lourdes conséquences d'où l'impératif de mesures préventives. Quelle est la définition de cette affection ? Quelle est la relation entre bronchiolite et asthme ? Et enfin, quelles sont les recommandations préventives à destination des parents ?

PUB

La bronchiolite, une infection virale respiratoire du nourrisson

La définition retenue par les experts est la suivante :

  • 1er épisode survenant en période épidémique,
  • chez un nourrisson de plus d'un mois et de moins de deux ans,
  • au décours (48 à 72 heures) d'une rhinopharyngite sans ou avec une très légère fièvre,
  • associant toux, obstruction des bronches et sifflements respiratoires. 

Le Ministère de la Santé a opté pour la définition suivante : la bronchiolite est une maladie virale due dans 7 cas sur 10 au virus respiratoire syncytial (VRS), qui touche les jeunes enfants entre trois mois et deux ans. Cette affection évolue dans la majorité des cas favorablement et spontanément ou avec l'aide d'une kinésithérapie. Dans de rares cas, une hospitalisation s'impose. La prise en charge en ville est donc à privilégier avant de se rendre à l'hôpital. Au moindre doute, il faut appeler son médecin. Le virus se transmet par la salive, les éternuements, la toux, le matériel souillé par une personne enrhumée et par les mains. Un rhume de l'adulte ou d'un enfant peut être à l'origine d'une bronchiolite chez un nourrisson.

PUB
PUB

De la bronchiolite à l'asthme, il n'y a qu'un pas

La bronchiolite aiguë et l'asthme sont des affections des voies aériennes inférieures qui touchent surtout les petites bronches (bronchiolites) et les grosses bronches (asthme). Toutefois, la démarcation est parfois assez floue. La bronchiolite survient avant l'âge de deux ans tandis que l'asthme n'est souvent diagnostiqué avec certitude qu'à l'âge de cinq ou six ans. Cette notion d'âge est très importante car entre les deux, les enfants sont dits "siffleurs".

Ainsi, entre deux et cinq ans, certains sont atteints d'une deuxième, voire d'une troisième bronchiolite, faisant penser qu'ils développent une pathologie de type asthme débutant. Et effectivement, la fréquence de l'asthme est de 28% chez les enfants qui avaient développé une bronchiolite nécessitant une hospitalisation, contre 3% des autres enfants, soit un risque neuf fois plus élevé. On remarque également que le nombre de cas de rhinoconjonctivites est trois fois plus élevé chez les enfants ayant été atteints de bronchiolites.

Publié le 31 Décembre 2007 | Mis à jour le 10 Décembre 2018
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Guy Dutau et André Labbé, " de la bronchiolite à VRS à l'asthme ", éditions Doin, 2007.