Bactéries : les gels hydro-alcooliques plus suffisamment efficaces

© Istock

On pensait les gels hydro-alcooliques très efficaces contre les bactéries. Mais certaines d'entre elles ont trouvé le moyen de survivre à ces gels à base d'alcool. 

PUB

Nous ne sommes plus à l'abri des certaines bactéries. Cela semble être le début d'un film catastrophe. C'est pourtant une réalité, d'après des chercheurs de l'université de Melbourne (Australie). Leurétude, publiée dansbioRxiv, explique qu'une bactérie aurait développé une insensibilité aux gels hydro-alcooliques

Ce germe, c'est l'Enteroccus faecium (Efm), une bactérie provoquant des gastro-entérites et souvent contractée dans les hôpitaux. Or, les gels sont justement utilisés pour éviter ce genre d'infection, en particulier dans les hôpitaux. Et ila réussi à muter pour multiplier par dixsa résistance aux solutions hydro-alcooliques (SHA).

PUB
PUB

Pour mettre au jour cette évolution, les chercheurs ont étudié cette bactérie entre 1997 et 2015. Sur 193 millions d'échantillons analysés, les scientifiques ont constaté que la bactérie avait au fur et à mesure développé une insensibilité aux gels hydro-alcooliques,notamment à partir de 2010.

Des mutations génétiques pour se protéger

Grâce à des travaux sur la souris, ils ont montré que la bactérie évoluée (celle qui résiste à l'alcool) était également résistante à la désinfection de surface, réalisée avec de l'isopropanol standard à 70 %, un alcool à 70 %.

Afin d'aller plus loin, les scientifiques ont décidé de rechercher des signatures génomiques bactériennes d'adaptation. Autrement dit, les gènes qui ont changé depuis que la bactérie est résistante à l'alcool. Après étude, il semble que l'Efm désormais insensible à l'alcool ai subit une mutation génétique. En effet, celle-ci a modifié sa capacité à l'absorption mais également sa façon de métaboliser des glucides.

Pour Matthew O'Sullivan, de l'université de Sydney, et cité par New Scientist, "c'était probablement naïf de penser que les super-bactéries ne seraient pas en mesure de s'adapter aux désinfectants à base d'alcool. Quand on considère tout ce que nous avons introduit pour tenter de combattre les bactéries, on voit qu'elles trouvent toujours le moyen d'évoluer pour les contourner".

Cette étude aide à mieux comprendre pourquoi en moins de 20 ans, le nombre d'infections causé par cette bactérie s'est multiplié par cinq. Chaque année, en France, les bactéries résistantes tuent 12 500 personnes.

Comment utiliser les gels hydro-alcooliques ?

Au début, les gels hydro-alcooliques étaient principalement utilisés dans le milieu hospitalier mais aujourd'hui leur utilisation est entré dans la routine quotidienne.

En effet, beaucoup de personnes possèdent aujourd'hui leur petite bouteille au fond de leur sac pour se désinfecter les mains après avoir pris le métro par exemple ou avant de manger.

Pour être le plus efficace possible lorsque vous les utiliser, sachez qu'une simple goute au creux de la main suffit, pas la peine d'en mettre beaucoup. Ensuite il faut bien frotter l'intérieur, l'extérieur des mains mais aussi entre chaque doigts et le bout des doigts pour enlever toute bactérie pouvant être présente.

Cependant comme l'étude le suggère, les bactéries peuvent devenir résistantes à ces gels. Il existe alors une alternative très simple : se laver les mains à l'eau et au savon.

Dans ce cas, même principe, mouillez vos mains sous l'eau, prenez un "pchitt" de savon (préférez ceux en bouteille plutôt que les savon dur qui peuvent s'imprégner de bactéries) et frottez comme pour le gel entièrement les mains sans oublier si vous le pouvez la brosse à ongle. Ensuite vous n'avez plus qu'à rincer et surtout choisir une serviette à usage unique plutôt que le sèche-main ou les serviettes de toilettes.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 23 Février 2018 : 11h42
Source : Increasing tolerance of hospital Enterococcus faecium to hand-wash alcohols. Sacha J. Pidot, Wei Gao, Andrew H Buultjens, Ian R Monk, Romain Guerillot, Glen P Carter, Jean Y.H. Lee, Margaret M. C. Lam, Susan A. Ballard, M. Lindsay Grayson, Andrew A. Mahony, Elizabeth A. Grabsch, Despina Kotsanas, Tony Korman, Geoffrey W. Coombs, J. Owen Robinson, Anders Goncalves da Silva, Torsten Seemann, Benjamin P. Howden, Paul D. R. Johnson,  View ORCID ProfileTimothy P. Stinear. bioRxiv. 29 janvier 2018
Les gels antibactériens seraient de moins en moins efficaces pour lutter contre les infections. 20 minutes. 22 février 2018
PUB
PUB

Contenus sponsorisés