AVC ischémique gauche : le risque de séquelles

© Istock

L'AVC (accident vasculaire cérébral) peut être soit ischémique soit hémorragique. L'AVC ischémique est, par définition, l'obstruction d'une artère cérébrale par un caillot ou un thrombus, provoquant l'interruption de l’irrigation sanguine du cerveau. Qu'entend-on par AVC ischémique gauche ?

PUB

Maladies cardiovasculaires : qu'est-ce que l'AVC ischémique gauche ?

L'AVC ischémique est provoqué par l'obstruction d'une carotide (la droite ou la gauche), lorsque la carotide gauche est bouchée, on parle alors d'accident ischémique gauche. L'obstruction des carotides est souvent due à un dépôt de cholestérol ou à un caillot qui migre dans la circulation et vient boucher l'artère. Au cours de l'accident ischémique, des troubles neurologiques vont apparaître du côté opposé à la carotide obstruée.

PUB
PUB

AVC ischémique gauche : troubles et séquelles

En cas d'obstruction de la carotide gauche, on peut observer :

  • une paralysie du côté droit du corps (hémiplégie) ;
  • des troubles de la vision ;
  • des troubles de l'élocution ;
  • des troubles de compréhension ;
  • des troubles de l'orientation ;
  • des crises d'épilepsie.

L'accident ischémique peut être transitoire (AIT). Dans ce cas, le manque d'oxygénation du cerveau a été de courte durée et les signes neurologiques disparaissent en moins de 24 heures. Lorsque le manque d'oxygénation du cerveau a été long, on parle d'AVC ischémique constitué, les séquelles neurologiques sont alors définitives et nécessitent une prise en charge multidisciplinaire (kiné, orthophoniste, ergothérapeute...).

Publié le 23 Août 2018
Auteur(s) : La Rédaction E-Santé