Arrêter de fumer : une manifestation précoce de la maladie de Parkinson

© Istock

Certaines constatations ont amené des chercheurs à émettre l’hypothèse suivante : les personnes qui ont du mal à arrêter de fumer sont moins à risque de développer la maladie de Parkinson, et inversement. Ainsi, la facilité avec laquelle un fumeur réussit son sevragetabagique pourrait représenter un marqueur précoce de la maladie de Parkinson.

PUB

Une étrange relation entre le tabac et la maladie de Parkinson

Des études antérieures ont déjà souligné une relation entre absence de tabagisme et risque de développer la maladie de Parkinson. En effet, il y a proportionnellement moins de fumeurs parmi les patients parkinsoniens que dans la population générale et parmi les anciens fumeurs, ceux qui ont eu du mal à se sevrer développent moins la maladie de Parkinson que ceux qui ont réussi sans difficulté.

Les conditions de sevrage tabagique pourraient donc refléter précocement le risque ultérieur de souffrir de Parkinson. Or plus le dépistage de cette maladie est précoce, plus les traitements se révèlent efficaces…

PUB
PUB

Arrêter de fumer : plus facile pour les malades de Parkinson

Au cours de cette étude, près de 3.700 personnes, dont la moitié atteinte de lamaladie de Parkinson, ont été interrogées. Voici les trois principales conclusions :

Les parkinsoniens sont moins souvent fumeurs que les sujets indemnes de cette pathologie, ce qui confirme les résultats antérieurs.

Les anciens fumeurs pour qui le sevrage tabagique a été difficile ont moins de risque de développer une maladie de Parkinson. Inversement, le risque d’être atteint est plus élevé chez ceux qui ont arrêté le tabac relativement facilement.

Enfin, les fumeurs qui utilisaient des substituts nicotiniques (indice reflétant les difficultés rencontrées lors du sevrage) étaient moins susceptibles d’être atteints de Parkinson.

En conclusion, arrêter de fumer aisément, a fortiori pour un fumeur de longue date, pourrait être une manifestation précoce de la maladie de Parkinson.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 10 Février 2015 : 17h02
Mis à jour le Vendredi 20 Février 2015 : 09h33
Source : Ritz B. et al., Neurology, 2014; 83: 1396-402. doi: 10.1212/WNL.0000000000000879. Schrag A. et al., Lancet Neurol., 2014; 14 : 57-64.
La rédaction vous recommande sur Amazon :