Après la grossesse : 5 méthodes pour perdre ses rondeurs
Publié par Dorothée Blancheton le Vendredi 28 Octobre 2011 : 10h42
Mis à jour le Lundi 21 Novembre 2011 : 12h00

Après la grossesse, la chasse aux kilos est une préoccupation pour de nombreuses femmes. Or, la perte de poids peut être contrariée s'il existe des blocages psychologiques. Florence Pujol, diététicienne et nutritionniste, Catherine Bethenod, hypnothérapeute, et Virgile-Stanislas Martin, thérapeute et préparateur mental, apportent leurs techniques pour y faire face.

© Istock
PUB

Le miroir : pour apprendre à se (re)séduire

Le problème

Prises dans le quotidien, encore sous le coup des séquelles de l'accouchement, certaines mères ne sont plus dans la problématique de la séduction. Elles se dévalorisent, souffrent d'un manque d'estime d'elles-mêmes. En refusant inconsciemment de perdre du poids, elles indiquent à leur conjoint qu'elles n'arrivent pas à (re)conquérir leur féminité. Leur identité maternelle, toute-puissante, prend sans cesse le dessus, figeant leur couple dans une relation strictement parentale.

La stratégie

Pour se réapproprier son image, la femme peut faire l'exercice du miroir. Objectif ? Apprendre à réintégrer dans le même corps les trois identités qui cohabitent en elles : la femme, la compagne, la mère. Après s'être détendue sous sa douche, la mère se place devant un miroir en pied. Lentement, elle observe son reflet avec bienveillance en cherchant à comprendre qui elle est. En respirant doucement et profondément, elle doit s'y voir tour à tour comme une femme, une amante et une mère. Elle peut se dire aussi devant le miroir "je suis moi et je m'aime comme je suis" en souriant. Dans cet exercice de visualisation, elle peut se projeter en imaginant son corps dans quelque temps, différent de ce qu'il était mais dans lequel elle se sentira bien.

Le résultat

En se regardant régulièrement avec cette attitude positive, la mère réapprivoise son corps. Cette technique l'aide à s'accepter et à se réapproprier son identité.

PUB
PUB

Le planning évolution pour gérer l'impatience

Le problème

La jeune maman, pressée de retrouver sa ligne, peut entamer un régime trop restrictif. Difficile à tenir sur la durée, il peut créer des carences alimentaires et des sautes d'humeur. Ces kilos, perdus rapidement, reviennent souvent aussi vite. Il faut plusieurs mois pour galber la silhouette en évitant d'exercer un régime violent sur un corps convalescent. Gérer cette impatience est donc une étape essentielle pour perdre ces kilos durablement.

La stratégie

Ici, il est impératif de se poser les bonnes questions et de savoir pourquoi on veut maigrir pour identifier ses attentes. Puis déterminer des objectifs à court et moyen terme pour tenir ses engagements sur la durée.Sur un cahier, pendant une semaine, la mère répond à ces questions : "Quels est mon objectif réaliste, quantifiable et accessible ? Dans six mois, combien de kilos est-ce que je veux perdre ? En quoi est-ce important pour moi ? Comment je saurai que j'ai atteint mon objectif ? Comment je me sentirai alors mentalement ? " Ensuite, elle peut déterminer un planning de bonnes résolutions : "cette semaine, je supprime les grignotages. Dans quinze jours : je marche une demi-heure chaque soir." Dès qu'un objectif a été tenu, elle coche une case pour apprécier son évolution.

Le résultat

Ces mini-objectifs sont parfaitement réalisables et bien ancrés dans le temps, ce qui évite de se décourager. Le fait de cocher les missions atteintes aide à visualiser la progression et donc à gérer l'impatience.

Publié par Dorothée Blancheton le Vendredi 28 Octobre 2011 : 10h42
Mis à jour le Lundi 21 Novembre 2011 : 12h00
Source : PsychoEnfants
PUB
PUB
A lire aussi
5 clés pour avoir un bébé zenPublié le 13/12/2011 - 14h13

La grossesse est ponctuée de doutes, de craintes, mais aussi de surprises et de joies. Une vague d'émotions perçue par la mère mais aussi par le fœtus. Voici cinq clés pour cultiver une vie équilibrée, propice à la sérénité du futur bébé.

Surpoids : une approche radicalement différentePublié le 01/03/2010 - 00h00

Le Dr Jean-Philippe Zermati est un Francais persuadé que médecins, médias et pouvoirs publics prennent l'obésité et la lutte contre le surpoids par le mauvais bout. Pour lui, tenter de contrôler notre alimentation en utilisant notre intellect, ce n'est pas une bonne solution...

Plus d'articles