Andie MacDowell se confie sur son enfance avec une mère alcoolique

Dans une entrevue accordée au journal britannique The Guardian, Andie MacDowell a raconté son enfance difficile. L'actrice de "Quatre mariages et un enterrement" a dû s'occuper très jeune de sa mère alcoolique.
© abacapress

Les premières années d'Andie MacDowell n'ont pas un long fleuve tranquille. L'actrice qui a débuté sa carrière comme mannequin dans les années 80, a dû se montrer responsable dès son plus jeune âge en raison de l'alcoolisme de sa mère, Pauline.

L'Américaine assure qu'elle avait "une bonne relation" et qu'elle s'est "toujours sentie aimée". Pourtant, la boisson a eu des conséquences sur la vie du foyer. À 10 ans, elle se levait la nuit pour vérifier que les cigarettes de sa maman étaient bien éteintes. "Il y avait des marques de brûlures sur le sol et sur le canapé, c’est incroyable que nous n’ayons pas brûlé", a-t-elle confié. Elle poursuit "je pense que je me suis sentie responsable toute ma vie, mais je suis bonne à cela. J'y ai été entraînée depuis longtemps". La femme, maintenant âgée de 61 ans, se souvient également lui avoir demandé expressément alors qu'elle était enfant "Pourquoi est-ce que tu bois ?".

Elle a cherché à l'aider...

À 16 ans, elle travaillait dans un McDonald's au côté de sa mère. Cette dernière a finalement été licenciée sous ses yeux après être arrivée ivre au travail. Un an plus tard, l'actrice d'"Un jour sans fin" s'est tournée vers les professionnels pour trouver de l'aide.

Elle estime aujourd'hui "c’était une mauvaise décision, car je ne pouvais plus communiquer avec elle. Et je communiquais bien avec elle. Nous aurions pu la faire interner, mais nous n’avions tout simplement pas le courage. Le médecin a dit qu'elle mourrait dans cinq ans. Ce qui est étrange, c'est qu'elle l'a fait".

… puis s'est éloignée

La mère de l'artiste est décédée d'une crise cardiaque alors qu'Andie MacDowell était à Paris. Peu avant sa mort, elle avait envoyé une lettre que l'artiste garde précieusement : "Elle dit qu'elle a cessé de boire et qu'elle est très fière de moi". La soixantenaire regrette aujourd'hui : "c’était la dernière année de sa vie et je n’ai pas vraiment pu me débrouiller pour être là, ce qui est vraiment triste. Je pense retourner à Gaffney. J'aimerais revenir en arrière, essayer de découvrir auprès d’autres personnes à quoi ressemblait cette année que je n’ai pas vécu avec elle".

Alcool : comment savoir si on est dépendant ?

Boire de l'alcool n'est pas perçu comme une habitude problématique en France. Pourtant, elle peut le devenir pour certaines personnes...

En effet, il y a un risque de développer une dépendance à l'alcool si vous buvez régulièrement. Cette pratique devient dangereuse quand :

  • la consommation est excessive, répétée et/ou incontrôlée ;
  • un manque se fait sentir lorsque vous ne prenez pas d’alcool ;
  • vous devez boire pour supprimer des phénomènes gênants - comme des tremblements, de l'anxiété, etc - qui apparaissent lorsque vous restez à jeun ;
  • vous avez cessé certaines activités (travail, études, loisirs) en raison de la boisson ;
  • votre entourage se plaint de vos habitudes liées à la boisson.

Si vous vous reconnaissez dans un ou plusieurs de ces points, il est préférable de prendre rendez-vous chez un docteur pour faire un bilan de votre consommation d'alcool.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de faire une auto-évaluation de votre dépendance et de vous renseigner sur cette maladie reconnue par l'OMS sur les sites d'Alcool Info Service et de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA).

Le site Automesure.com® propose également de répondre au questionnaire AUDIT dépendance à l’alcool.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : People, Alcoolisme