Allergique à l'effort ? ça existe vraiment !

Est-ce possible qu'un jogging déclenche une allergie alimentaire? C'est rare, mais il est exact qu'un effort physique peut induire une réaction allergique à un aliment consommé peu de temps auparavant. Explications.

Il peut arriver qu'un jogging ou une séance d'aérobic provoque les symptômes typiques d'une allergie alimentaire, à savoir des signes cutanés (rougeur cutanée, démangeaisons, gonflement du visage, des mains ou des pieds), respiratoires (toux, essoufflements, douleurs thoraciques) et digestifs (nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales...), voire encore plus rarement un malaise ou un choc anaphylactique.

Dans de telles circonstances et à distance de toute prise alimentaire, il n'est pas évident de penser à une allergie alimentaire. Et pourtant, c'est possible. Voici quelques indices qui peuvent mettre sur la piste.

Quels sont les aliments en cause ?

Les aliments les plus souvent responsables d'une allergie alimentaire induite à l'effort sont les crustacés et la farine de blé (pâtes, pain).

Viennent ensuite de nombreux autres aliments : céleri, tomate, chou, lentilles, pêche, raisin, kiwi, noisettes, poulet...

Allergie alimentaire induite par l'effort : chronologie des événements

Délai entre l'ingestion de l'aliment et le début des symptômes : 30 minutes à 1 heure.

Intervalle entre le début de l'exercice physique et l'apparition des symptômes : 5 à 50 minutes.

Durée de la crise après l'arrêt de l'exercice : 3 à 4 heures.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Le Quotidien du médecin, 28 mai 2010.