Alerte autour du jeu du foulard

Chaque année, dix enfants décèdent des conséquences du jeu du foulard. Ce jeu d'évanouissement qui consiste, seul ou en groupe, à retenir sa respiration ou s'étrangler afin de rechercher de nouvelles sensations, est particulièrement répandu. Inconscients des dangers auxquels ils s'exposent, les expérimentateurs risquent pourtant un coma profond, des lésions cérébrales ou la mort.
PUB

Briser le silence pour engager une prévention efficace

Ipsos a réalisé pour l'APEAS la première enquête sur la notoriété et la pratique du jeu du foulard (1). L'APEAS est une Association de parents d'enfants accidentés par strangulation qui, par ce sondage, veut porter à la connaissance de tous cette pratique dangereuse afin d'éviter que d'autres enfants périssent de cette façon. Toute enquête étant difficile et délicate auprès des enfants, celle-ci a porté exclusivement sur un échantillon de 1.000 personnes représentatives de la population française âgée de plus de 15 ans.

PUB
PUB

Le jeu du foulard : quelle réalité ?

  • 91% des personnes interrogées déclarent avoir déjà entendu parler du jeu du foulard, mais 37% d'entre elles ne savent pas très bien en quoi consiste ce jeu.
  • La connaissance de ce jeu varie fortement selon la catégorie sociale (78% des catégories sociales élevées contre 43% des sans diplômes) et l'âge (43% des 15-19 ans contre 60% des autres).
  • 4% des personnes ayant entendu parler du jeu du foulard l'ont elles-mêmes pratiqué pendant leur enfance ou adolescence.
  • 9% se souviennent que ce jeu a été pratiqué dans leur entourage (une personne sur dix !). Mais chez les plus jeunes, cette proportion est d'un jeune sur 5.
  • 4% connaissent des gens qui pratiquent ce jeu actuellement quel que soit leur âge.
  • Dans la majorité des cas (deux tiers), cette pratique a lieu entre 10 et 14 ans.
  • 6% des parents ayant entendu parler de ce jeu estiment que leur(s) enfant(s) a un jour pratiqué le jeu du foulard.
  • La moitié des personnes qui ont assisté ou pratiqué ce jeu n'ont pas eu conscience de la dangerosité.
  • Un jeune de 15 à 19 ans sur dix déclare connaître au moins une victime dans son entourage.

Ces informations sont dramatiques. Elles montrent à quel point ce jeu est répandu dans notre société. Quelques jours après la diffusion de ces résultats, Xavier Darcos, Ministre de l'Éducation nationale, s'est exprimé sur ce sujet et a demandé à tous les recteurs de prendre les dispositions nécessaires pour alerter les enseignants, les élèves et les parents sur les dangers de la pratique du jeu du foulard.(1) Les « jeux » de non-oxygénation ou d'asphyxie, de strangulation, de suffocation sont appelés de plusieurs noms : trente secondes de bonheur, rêve bleu, rêve indien, jeu du cosmos, jeu des poumons, jeu de la tomate, de la grenouille... mais le plus connu est le jeu du foulard.

Publié le 18 Juin 2007
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Communiqué Ipsos du 31 mai 2007.
PUB