5 fausses bonnes excuses pour ne pas se faire vacciner contre la grippe A

3) Le vaccin contre la grippe A augmente le risque de développer un syndrome de Guillain Barré : Faux

Comme pour toute vaccination de masse, de nombreuses complications vont être attribuées à l'acte vaccinal, comme avec la campagne vaccinale contre l'hépatite B et la sclérose en plaques par exemple. Pour l'instant, le vaccin contre la grippe A est accusé de favoriser le syndrome de Guillain Barré.

Des experts ont évalué le nombre de cas de syndrome de Guillain Barré et d'autres maladies constituant ce qu'on appelle le " bruit de fond ", c'est-à-dire les cas qui se seraient déclarés de toute façon, avec ou sans vaccination. Ainsi, pour 1 million de personnes vaccinées contre la grippe A, on s'attend 6 semaines plus tard au bruit de fond suivant :

- 2,1 cas de syndrome de Guillain Barré,

- 28,5 cas de sclérose en plaques,

- 115 épisodes de convulsions,

- 1.688 avortements.

On peut donc attraper ces maladies sans avoir été vacciné contre la grippe A. Et ces maladies ne pourront être attribuées à la vaccination que si les nombres de cas dépassent ceux indiqués ci-dessus. À noter que pour le syndrome de Guillain Barré, le risque de développer cette maladie après la vaccination est bien plus faible qu'après avoir eu la grippe.

4) Avec le vaccin contre la grippe A, on risque de nombreux effets secondaires dangereux : Faux

Excepté une rougeur et une douleur au point de piqûre, fièvre, maux de tête, douleurs, nausées et vomissements, disparaissant dans les 48 heures, sont les principaux effets secondaires du vaccin, soit des symptômes bénins dont on souffre de toute façon si l'on a attrapé la grippe. Les autres rumeurs sont infondées.

Par ailleurs, le risque d'effets secondaires du vaccin est bien inférieur à celui de souffrir des symptômes d'une grippe grave.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Institut national de veille sanitaire (InVS), novembre 2009 ; Le Quotidien du Médecin, 17 novembre 2009 ; Black S. Lancet 2009 ; publication avancée en ligne le 31 octobre 2009 (DOI : 1016/S0140-6736(09)61877-8) ; Egora.fr, 27 novembre 2009.