10 trucs contre le mal des transports
Sommaire

Le mal des transports peut se soigner

Pour cela, il faut rééduquer l’oreille interne, et plus précisément le vestibule. Chez la personne qui souffre de cinétose, il y a conflit entre ce que ressent le vestibule, la partie de l’oreille interne qui gère notre équilibre, et ce que voit la personne. Lors que le mal des transports devient systématique, il existe des programmes de rééducation, assez efficaces (dans 75% des cas) et remboursés. Les séances (entre 10 et 20) sont à suivre à l’hôpital, sur le modèle de la prise en charge des vertiges mais aussi chez des kinésithérapeutes qui pratiquent la "kinésithérapie vestibulaire", c’est-à-dire une réduction du vestibule.

Annuaire des professionnels de santé spécialisés dans la rééducation vestibulaire : www.vestib.org/annuaire.html

Essayez les huiles essentielles

L’Organisation Mondiale de la Santé reconnait au gingembre (via l’un de ses composés, le gingérol) des vertus apaisantes à la fois pour prévenir mais aussi soulager les nausées dues au mal des transports et au mal de mer. Le citron, l'eau de mélisse et l'alcool de menthe (à réserver aux grands enfants) sont aussi parfois suggérés.

La menthe poivrée ou l'estragon peuvent agir contre les nausées et les tensions. Versez deux gouttes dans le creux de votre main puis massez lentement et délicatement le plexus solaire en débordant sur l'estomac. Approchez également vos mains de vos narines pour respirer lentement ces huiles essentielles. Attention, la menthe est contre-indiquée aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

Découvrez la plateforme Divertissement Planet + ! Profitez de l'offre dès maintenant !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Danièle Festy et Anne Dufour, " Les huiles essentielles ça marche ! ", Editions Leduc ; " Le guide de l'automédication ", Editions Vidal.