10 gestes pour sauver une vie
Sommaire

Ingestion de produits toxiques

La rapidité est de mise surtout s’il s'agit d'un enfant qui a avalé malencontreusement un produit chimique. Premier réflexe : appelez le Centre anti-poison ou le Samu-Centre 15 en ayant pris soin d'identifier la substance que la victime a ingurgitée. Ils vous donneront la marche à suivre pour agir. N'essayez surtout pas de faire vomir la victime ni de lui donner quelque chose à boire, comme de l'eau ou du lait. Vous pouvez commencer par la placer en position latérale de sécurité, ce qui lui permettra, si elle vomit seule, de ne pas s’étouffer.

Agir contre un étouffement

L’accident est fréquent et peut survenir à tout âge. Vous étiez dans un repas de famille quand votre tante a avalé de travers. Voies respiratoires encombrées, elle ne peut plus respirer. À vous de jouer ! La toux est le réflexe naturel pour désobstruer les poumons. Si elle n'est pas suffisante, placez-vous sur le côté, penchez la personne en train de s'étouffer légèrement en avant, en soutenant son thorax avec une main, et faites-lui cinq tapes sèches dans le dos, entre les omoplates, avec le plat de la main. Si l'opération ne suffit pas, vous devrez effectuer la méthode dite de Heimlich. Mettez-vous derrière la victime et encerclez-la avec vos bras en plaçant vos deux mains au creux de l'estomac. Exercez une pression en appuyant fort, ce qui va repousser l'air dans les poumons pour évacuer l'intrus qui empêche la respiration. Vous pouvez recommencer cinq fois de suite. Mieux vaut être formé pour bien effectuer la manipulation !

  • Malaise à gérer

En cas d'inconscience, vous devez d’abord vérifier si la personne respire. Si la victime est consciente et respire, le premier geste à avoir est de la placer en position latérale de sécurité. Un réflexe qui permet d'éviter deux risques : qu'elle n'avale sa langue qui va venir obstruer les voies respiratoires ou qu’elle vomisse et s’étouffe. Restez à côté d’elle et parlez-lui pour la tranquilliser. Si la personne est inconsciente et qu’elle ne respire plus, n’attendez pas pour commencer un massage cardiaque. Dans le cas d'une noyade, les mêmes gestes sont à répéter. N’essayez pas de lui faire du bouche-à-bouche pour évacuer l’eau avalée.

  • En pleine nature

Une balade en forêt peut se terminer en scénario catastrophe si vous êtes passée à côté des bons réflexes. Les secours ne sont pas toujours à proximité et le temps peut être compté. En cas de morsure de serpent, le premier réflexe est de faire un bandage compressif à l'endroit où la personne a été mordue, pour limiter la propagation du venin. Oubliez les remèdes de grands-mères, qui peuvent être dangereux, comme la cautérisation ou le garrot. Les «pompes à venin» sont également contre-indiquées. L’idéal est de mener le blessé au plus vite à l’hôpital en prenant soin de le faire marcher un minimum pour éviter la circulation du sang et donc la diffusion du venin dans le corps. Face à une piqûre d’insectes ou d’hyménoptères, enlevez le dard s’il y en a un, nettoyez la plaie avec de l’eau et du savon et désinfectez avec un antiseptique. Vérifiez la vaccination antitétanique de la victime.

  • Un défibrillateur peut sauver une vie

Répartis partout en France, les défibrillateurs se retrouvent souvent dans les espaces sportifs, les gares, les Mairies et autres lieux publics. Simple d'utilisation puisque la machine vous guide, le défibrillateur augmente les chances de survie suite à un arrêt du cœur. Selon la Croix-Rouge et la Fédération française de cardiologie, si 9 Français sur 10 savent ce qu’est un défibrillateur, 88 % d’entre eux refusent de s’en servir, faute d’une formation spécifique. 1h à peine suffit pourtant pour apprendre à l'utiliser !

 

$$Et si vous vous formiez aux gestes de premiers secours ?

Sauver une vie grâce aux gestes de premiers secours ne s'improvise pas. Mieux vaut suivre une formation au PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1) dispensée par la Croix-Rouge française sur trois demi-journées ou en soirées. Quarante-quatre pour cent des Français déclarent avoir été formés dont 17 % initiés avec une formation d’une heure et 27 % avec une formation plus longue. Mais pas question de se reposer sur ses lauriers de secouriste ! Comme le bac, le brevet de secouriste se révise au minimum tous les cinq ans pour ne pas oublier les bons réflexes.

  • Je contacte... la Croix-Rouge française : des formations aux gestes de premiers secours sont organisées régulièrement : www.croix-rouge.fr.
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Côté santé.