Le travail de nuit fait vieillir prématurément le cerveau

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 06 Novembre 2014 : 15h15
Mis à jour le Jeudi 06 Novembre 2014 : 19h26

Selon cette étude française, le travail en horaires décalés induit un vieillissement précoce du cerveau : après 10 années de travail de nuit, le cerveau est plus vieux de 6 ans et demi par rapport à celui des autres travailleurs.

© Istock

Les horaires décalés accélèrent le vieillissement cognitif

Pour cette étude, quelque 3.200 salariés ou retraités, alors âgés de 32 à 62 ans, ont été suivis entre 1996 et 2006, dont plus de la moitié travaillaient ou avaient travaillé en horaires décalés. Ils ont tous passé des tests neuropsychologiques à trois reprises, en début, au milieu et en fin d’étude (capacité de mémorisation, d’attention, vitesse de réaction, etc.), ainsi que des examens cliniques visant à évaluer leur santé : ulcères, troubles du sommeil, maladies cardiovasculaires, cancers, obésité, diabète, fertilité, etc.

Résultat, les fonctions cognitives sont moins bonnes chez les personnes qui ont travaillé pendant 10 ans en horaires décalés.

Leur cerveau a vieilli plus vite, de 6,5 ans en moyenne par rapport aux personnes qui ont travaillé avec des horaires diurnes classiques et fixes.

De telles conséquences persistent jusqu’à 5 ans après l’arrêt du travail en horaires atypiques.

PUB

Perturber notre horloge biologique altère notre santé physique et mentale

Cette étude confirme les effets négatifs du travail de nuit et de tout environnement ou évènement susceptible de perturber notre horloge biologique.

De nombreuses conséquences ont déjà été identifiées : troubles du sommeil, fatigue, somnolence diurne, risque d’accident, dépression, obésité, maladies cardiovasculaires, troubles hormonaux, cancers, etc. S’y ajoute désormais un risque élevé de développer précocement des troubles cognitifs.

L’ensemble de ces données doit justifier la mise en place d’une meilleure organisation du travail…

Pour en savoir plus sur les conséquences du travail de nuit et les solutions : Travail de nuit et horaires variables : quels risques ?.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 06 Novembre 2014 : 15h15
Mis à jour le Jeudi 06 Novembre 2014 : 19h26
Source : Marquié Jean-Claude et al., Occup Environ Med, septembre 2014, doi:10.1136/oemed-2013-101993, http://oem.bmj.com/content/early/2014/10/08/oemed-2013-101993.abstract. 

A lire aussi
Travail de nuit et horaires variables : quels risques ?Publié le 23/08/2005 - 00h00

Près de 20% de la population des pays industrialisés exerce une activité professionnelle postée les amenant à travailler de nuit ou à adopter des horaires de travail variables. Les troubles du sommeil constituent une première conséquence de taille.

A quoi sert le sommeil ? Publié le 28/10/2015 - 11h27

Le sommeil est une fonction biologique essentielle. Un sommeil à la fois suffisant et de qualité est crucial, et encore plus à l’adolescence, période de vulnérabilité propice aux désynchronisations de l’horloge interne et donc à risque de manque de sommeil chronique. Préserver son...

Confirmation : travailler de nuit, c’est mauvais pour la santé ! Publié le 23/06/2016 - 14h06

Quelles sont les conséquences sanitaires du travail de nuit et des horaires atypiques ? Saisie pour évaluation, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de rendre un avis d’expertise, confirmant que la perturbation des rythmes liée au travail en horaires décalés détériore...

Le travail posté est mauvais pour les artères…Publié le 01/08/2012 - 22h00

Le travail posté (travail de nuit, 3x8, horaires décalés) est peut-être associé à un gain de productivité industrielle, mais il n’est absolument pas bénéfique en termes de santé. Les résultats de cette analyse de la littérature scientifique publiée à ce jour, confirment que les...

Plus d'articles