Les thérapies familiales

Publié par Psychonet Production le Mercredi 16 Avril 2003 : 02h00
-A +A
La thérapie familiale est une aventure collective et un travail de longue haleine. Dans le cabinet du thérapeute peuvent se réunir plusieurs générations et différents thérapeutes. Quand décider d'entreprendre une telle démarche et qui consulter ? Le point sur cette thérapie de la tribu.

Pourquoi consulter ?

« Le but du traitement, c'est d'aider chacun à se défaire de l'enlacement émotif dans lequel tous, dans nos familles, nous nous trouvons "enchaînés" », souligne le thérapeute spécialiste de la famille Murray Bowen. Quand le dysfonctionnement général de votre famille se traduit par des psychopathologies particulières, la thérapie familiale peut apporter la solution. Au lieu d'être centrée sur le(s) cas individuel(s), l'action thérapeutique s'adresse à tout le groupe familial.

Les différentes écoles de pensées

1/ Les thérapies familiales psychanalytiques : la théorie psychanalytique s'adresse ici à la famille entière. On décortique le passé et tous les rouages profondément inconscients d'une famille. Ces thérapies partent du principe que les symptômes d'un patient sont en fait l'expression de conflits intra-familiaux. Durée : plusieurs années en général.2/ Les thérapies familiales structurales : ici, la cible d'intervention n'est pas le passé, mais le système familial présent. Par l'étude des transactions, des alliances et des coalitions au sein d'une famille, les individus tentent, avec le(s) thérapeute(s), d'y apporter des modifications. Durée : une douzaine de séances étalées sur un an.3/ Les thérapies familiales systémiques : inventée aux Etats-Unis, la théorie systémique décrit la famille comme un système ouvert, à l'intérieur duquel ses membres interagissent, c'est-à-dire que chacun réagit aux difficultés des autres. La maladie mentale et les différents troubles du comportement sont considérés comme le résultat d'un dysfonctionnement des relations familiales. Durée : une année en moyenne.

Publié par Psychonet Production le Mercredi 16 Avril 2003 : 02h00
A lire aussi
Aider une personne alcoolique à s'en sortir Publié le 10/01/2002 - 00h00

En France, on estime à 2 millions le nombre d'alcooliques dépendants et à 5 millions le nombre de buveurs excessifs. Cela signifie que presque chacun d'entre-nous en compte un dans son entourage. Mais entre mensonges et promesses jamais tenues, amour et colère, vivre aux côtés d'une personne...

Dépression : les psychothérapies Publié le 18/06/2003 - 00h00

La dépression n'est pas qu'une affaire de médicaments. A eux seuls, les antidépresseurs n'en viendront pas à bout car ils traitent les symptômes, pas la maladie. La souffrance psychique qu'endurent les patients nécessite une écoute. Le point sur les différentes psychothérapies.

Dysfonctionnement érectile (ou impuissance sexuelle) Publié le 06/09/2001 - 00h00

Le terme " impuissance " n'est plus guère utilisé par les médecins. Ceux-ci parlent plutôt de troubles d'érection ou de dysfonctionnement érectile, expressions qui font référence à l'incapacité d'obtenir et de maintenir une érection suffisamment rigide pour avoir une activité sexuelle...

Surpoids et obésité : zoom sur la thérapie de groupe Publié le 15/05/2006 - 00h00

Le surpoids, l'obésité, la boulimie, mais aussi l'anorexie, sont des troubles alimentaires particulièrement difficiles à traiter. La prise en charge doit être multiple, associant aide médicale, diététique, familiale et psychologique. Dans ce dernier domaine, la thérapie de groupe est très...

Plus d'articles