Staphylocoque doré : un ennemi dans la peau

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 05 Novembre 2014 : 15h02
Mis à jour le Mardi 31 Mai 2016 : 17h40
-A +A

Vous avez sûrement déjà entendu le nom du staphylocoque doré, il est assez facile à retenir.

Mais quelle est cette bactérie qui s'attaque à la peau, quelles sont ses conséquences et comment peut-on lutter ?

Quand le staphylocoque doré s'attaque à la peau

Commençons par préciser qu'il existe deux sortes de staphylocoques dorés.

  • Certains sont des bactéries « ordinaires », qui peuvent rendre malades et que l'on soigne avec des antibiotiques.
  • Les autres, ce sont les staphylocoques dorés multi-résistants. On les désigne souvent par l'acronyme anglais de MRSA. Ils sont présents essentiellement à l'hôpital, mais comme ils ne peuvent être éliminés grâce à des traitements traditionnels, ils sont surveillés de très près et justifient la prise de précautions importantes – ainsi que des traitements plus radicaux.

Pour qu'un staphylocoque doré infecte la peau, il faut une faiblesse au départ.

 

Attention : les traitements traditionnels contre l'eczéma encouragent les infections à staphylocoques, qui à leur tour empêchent l'eczéma de guérir. Un vrai cercle vicieux !

 

Très souvent, c'est un eczéma ou un herpès qui vont se surinfecter. Suite au grattage, à une hygiène imparfaite (les enfants sont souvent touchés), la lésion voit se multiplier les bactéries. Le patient se plaint de démangeaisons voit la zone gonfler et apparaître des dépôts jaunâtres, qui font penser à du miel séché. À ce stade, c'est un impétigo, une infection de la peau en surface.

Si le staphylocoque s'est faufilé à l'occasion d'une plaie plus profonde (coupure, fissure suite à une mycose, etc.), on risque l'érysipèle, infection plus sérieuse qui touche la couche de graisse située sous la peau.

Dans les deux cas, on risque au bout du compte une septicémie, c'est-à-dire une infection du sang qui peut être mortelle.

Heureusement, pour soigner on a les antibiotiques, qu'il faudra choisir en fonction du germe précis (il faut savoir s'il est résistant ou non pour bien le soigner). Selon la gravité de l'atteinte, le mode d'application des antibiotiques sera différent :

  • Pommades pour une « petite » surinfection d'eczéma.

  • Cachets à prendre par voie orale si l'infection est plus étendue ou s'il y a un érysipèle.

  • Injections si l'érysipèle est plus sérieux, et bien sûr en cas de septicémie, pour plus d'efficacité.

Ces traitements sont à combiner avec des mesures d'hygiène stricte (nettoyage du corps entier avec un gel douche antibactérien, soin très soigneux de la plaie, etc.).

Comment se protéger contre les staphylocoques dorés?

20 à 30 % de la population portent un staphylocoque doré (non résistant !) sans en souffrir, donc il est toujours possible d'entrer en contact avec un germe.

  • Une bonne hygiène des mains est utile pour se protéger contre toutes les bactéries.

  • Notons que le réservoir habituel du staphylocoque doré, c'est le nez... Fuyez ceux qui mettent leurs doigts dedans, et apprenez rapidement à votre enfant à ne pas chipoter le sien.

  • Au-delà, on prendra soin de nettoyer toute plaie ouverte ou blessure, pour éliminer le risque d'infection.

  • Il faut aussi prendre quelques précautions quand une personne de la maisonnée souffre d'une infection par staphylocoque doré : ne pas approcher de trop près, ne pas échanger les vêtements, ne pas prendre de bains en commun, etc.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 05 Novembre 2014 : 15h02
Mis à jour le Mardi 31 Mai 2016 : 17h40
Source : Dr Fany Colson, dermatologue au CHU de Liège
A lire aussi
Surconsommation d’antibiotiques : ce qu’on ne vous dit pas ! Publié le 24/09/2015 - 10h48

Il existe un double effet négatif de la surconsommation d’antibiotiques : non seulement les infections par des bactéries devenues multirésistantes à cause de l’abus d’antibiotiques sont devenues difficiles voire impossibles à traiter pour certaines, mais cette multirésistance rend aussi...

Antibiotiques : où est le problème ? Publié le 13/01/2015 - 16h33

On sait qu’il ne faut pas consommer trop d’antibiotiques... et que nous ne suivons pas ce bon conseil, puisque la France continue à consommer plus que la moyenne européenne. Mais pourquoi, au juste, faut-il faire attention à sa consommation d’antibiotiques ?

Les antibiotiques, quel impact sur nos "gentilles" bactéries ? Publié le 20/08/2015 - 14h11

Le "miracle" antibiotique nous a sauvés de maladies souvent mortelles, mais aussi d’infections du quotidien comme les cystites. Parce qu’ils ont été utilisés à outrance et souvent à mauvais escient, il faut désormais lutter contre un effet secondaire préoccupant : la destruction de...

Plus d'articles